FIFPRO Logo Web

Leandro Padovani et l'Esteghlal Football Club

DRC & NDRC Déclaration

Partager cette citation

Fermer
FIFPRO Logo Web

La FIFPRO a pris note de la décision du Tribunal arbitral du sport (TAS) au sujet de la procédure d'appel entre le joueur brésilien Leandro Padovani et le club iranien Esteghlal Football Club.

Nous sommes déçus par la décision du TAS qui stipule que le club n'était pas responsable de la blessure qui a mis fin à la carrière du joueur, mais nous considérons néanmoins cette affaire comme une étape importante pour faire avancer les droits des joueurs.

Padovani a subi une grave blessure à la tête et au cou en février 2018 lors d'un match de championnat iranien, à la suite d'une collision accidentelle avec un coéquipier. Comme l'a reconnu le TAS, son cou n'a pas été immobilisé par le personnel médical du club lorsqu'il a été sorti du terrain, ce qui constitue un manquement aux soins médicaux les plus élémentaires. Padovani s'est finalement retrouvé tétraplégique.

Le club n'avait pas de police d'assurance pour couvrir cette blessure – une mesure qui est courante dans de nombreuses autres juridictions et qui devrait être obligatoire dans toute l’industrie du football professionnel – laissant le joueur dans une position inacceptable et impensable.

De plus, à l'époque, le club devait à Padovani une somme importante au titre de ses salaires et, alors qu'il était encore alité, les responsables du club lui ont remis un accord de règlement qui annulait une partie des salaires qu’ils lui devaient. Le club a également tenté d'obtenir l'accord du joueur pour renoncer à toute autre réclamation à laquelle qu'il aurait pu avoir droit. Aucun joueur ne devrait jamais être approché pour des discussions de règlement alors qu'il se trouve dans une position aussi vulnérable.

Padovani a introduit une demande d'indemnisation pour son préjudice personnel devant la Chambre de résolution des litiges de la FIFA (CRL). La CRL de la FIFA a rejeté la demande au motif qu'elle n'était pas compétente pour l'examiner.

Leandro Padovani: "Les clubs doivent comprendre que les joueurs ne sont pas seulement des objets jetables"

Le joueur a alors fait appel auprès du TAS. Le TAS a notamment estimé que de telles plaintes pour dommages corporels peuvent être portées devant la CRL de la FIFA (et le TAS) et a procédé à l'examen de la plainte de Padovani. Il s'agit donc d'une décision importante pour les joueurs blessés suite à une négligence de leur club.

Cependant, bien qu'il ait été constaté que le cou de Padovani n'était pas immobilisé lorsqu'il a été sorti du terrain, et bien qu'il n'ait pas été contesté qu'un mouvement supplémentaire du cou d'une personne dans une telle situation pouvait compromettre une moelle épinière déjà endommagée, le TAS a estimé que le joueur ne s'était pas suffisamment acquitté de la charge de la preuve pour établir un lien de causalité entre les actions du club et sa blessure. Le TAS a donc rejeté l'appel.

La FIFPRO est déçue du verdict étant donné que le joueur a présenté des preuves considérables, y compris des preuves d'expert d'un neurochirurgien, à l'appui de sa demande.