India IMG 4687

Un syndicat a l'honneur  : L'Association des footballeurs de l'Inde (FPAI)

Membres de la FIFPRO Nouvelles

Partager cette citation

Fermer
India IMG 4687

Comme notre nom l'indique, la FIFPRO est une fédération de syndicats de joueurs. Actuellement, 66 organisations sont associées au sein de la FIFPRO pour soutenir les footballeurs professionnels du monde entier. 

Découvrez l'Association des footballeurs de l'Inde (FPAI).

Histoire

L'Association des footballeurs de l'Inde (FPAI) est l'un des plus jeunes syndicats. Elle a été créée en 2006 par Bhaichung Bhutia, alors capitaine de l'équipe nationale masculine, et par certains de ses coéquipiers qui cherchaient un moyen d'améliorer les conditions de travail de l'équipe nationale. Ensemble, ils ont décidé de former une association pour représenter les intérêts de tous les footballeurs en Inde et, en 2009, la FPAI est devenue membre de la FIFPRO.  

« Même si nous sommes un syndicat, nous nous appelons toujours association de joueurs », explique Siddhartha Bhattacharya, directeur de la FPAI et agent de liaison avec les joueurs. « En Inde, les gens ont des difficultés avec le mot 'syndicat', car ils pensent que les syndicats sont toujours révoltés et disent non. C'est pourquoi nous nous appelons 'association'. »

Situation actuelle

La FPAI est la seule association d'athlètes en Inde. Elle collabore avec la All India Football Federation (AIFF). Cependant, elle n'a pas d'accord officiel.  

« C'est difficile, car la plupart des organismes sportifs en Inde sont un peu bureaucratiques », confie M. Bhattacharya. « Mais nous allons de l'avant. Nous sommes convaincus que d'ici quelques années, nous serons une partie prenante officielle. 

« Par exemple, nous coopérons étroitement avec le département juridique de l'AIFF, car nous avons essayé de mettre en place la Chambre nationale de résolution des litiges et de rédiger un contrat standard pour les joueurs. Espérons que les dirigeants de l'AIFF nous reconnaîtront officiellement bientôt, bien qu'il y ait en ce moment une crise de gouvernance au sein de la fédération*. »    

Ce qui rend la situation complexe, c'est que le pays compte deux championnats : la I-League (la plus ancienne) et l'Indian Super League (l'ISL, créée en 2013). Elles existent en parallèle l'une de l'autre.

India IMG 2281
Le FPAI avec des joueurs de l'équipe d'Indian Super League Bengaluru FC

« Nous avons remarqué que les meilleurs joueurs signaient avec des clubs de l'ISL, l'I-League devenant de plus en plus un championnat gagne-pain », explique M. Bhattacharya.  

« Lors de son lancement, nous avons salué l'ISL comme une bonne initiative, car elle accroissait les opportunités pour les footballeurs professionnels. Les joueurs de cette ligue ont de bonnes conditions de travail et de salaire, et sont payés à temps.  

« C'est exactement le contraire de l'I-League, où nous rencontrons de nombreux problèmes de paiement des salaires, tandis que les conditions des joueurs ne sont pas toujours bonnes. Certains joueurs ont des contrats avec des clauses ridicules ».  

Pour M. Bhattacharya, l'une des plus grandes réussites de la FPAI a été de rallier ses joueurs dans un effort d'abolition du système de sélection de l'ISL. Avant le début de chaque saison, les clubs devaient sélectionner les joueurs dans une liste répertoriant tous les footballeurs indiens disponibles. Les clubs n'étaient autorisés à conserver que cinq joueurs au maximum de la saison précédente.  

« Les joueurs n'avaient pas leur mot à dire sur l'endroit où ils allaient jouer, et pouvaient être déplacés chaque saison », témoigne M. Bhattacharya. « Si un joueur voulait jouer dans le club A, mais que le club B le choisissait, alors il devrait aller contre sa volonté. 

« Les joueurs étaient contre ce système de repêchage, et nous aussi. La suppression du projet a été très difficile, car les gérants de l'ISL sont des personnes très puissantes. Mais nous avons réussi : il n'y a pas eu de repêchage depuis 2018 ».  

Une grande partie du travail de la FPAI est consacrée à la résolution de problèmes juridiques. « C'est pourquoi nous voulons avoir une CNRL et un contrat standard pour les joueurs, car cela devrait résoudre beaucoup de problèmes au sein de la I-League. C'est notre principal objectif, car c'est très important pour les joueurs », explique M. Bhattacharya. 

India Indian Arrows
Bhattacharya avec l'équipe de I-League Indian Arrows

« Nous avons établi une relation forte avec l'équipe juridique de la fédération. Je ne me souviens pas avoir perdu une seule affaire où nous avons représenté un joueur. Je mettrais également cela sur la liste de nos réalisations. 

« Un de nos autres points forts est que nous avons réussi à éduquer les joueurs sur ce que nous faisons. Lorsque nous leur rendons visite, nous entrons la plupart du temps dans le vestiaire sans ordre du jour, sauf si nous leur rendons visite pour le World 11. Si vous y allez avec un ordre du jour, vous ne pouvez pas entendre les joueurs.  

« Maintenant, nous parlons simplement avec eux et ils ont le temps de vous dire ou de vous demander une centaine de choses différentes. Par exemple, au sujet des récompenses, des non-paiements et des transferts, ou encore des cours de licence que nous avons mis en place. Plusieurs joueurs ont obtenu leur badge et certains d'entre eux sont maintenant des responsables d'entraînement dans différentes équipes ». 

La FPAI organise également des cours de langues. De nombreux entraîneurs de la Super League sont étrangers et ne parlent que l'anglais, tandis que de nombreux joueurs ne parlent pas cette langue. « C'est pourquoi nous avons commencé avec ces cours d'anglais » 

Objectifs

La PFAI reste engagée dans le développement du football féminin en Inde.  

« J'aimerais que de plus en plus de footballeuses soient impliquées », confie M. Bhattacharya. « Le football féminin est dans un état pathétique. Leur championnat ne dure qu'un mois par an, et elles ne touchent presque rien. En Inde, la pratique du sport par les femmes est encore un peu taboue, surtout si les parents ne sont pas éduqués. 

« Nous essayons d'avoir plus de membres féminins, et nous aimerions mettre en place une véritable ligue. C'est un sujet dont nous avons parlé avec l'équipe nationale et la fédération ».