Victor Ashinga 2 2500

Victor Ashinga voulait sauter, mais il a décidé de parler

Santé Mentale L'histoire du joueur
21 octobre 2021
Victor Ashinga 2 2500
  • Victor Ashinga a percé en Premier League kenyane à l'âge de 17 ans, mais le milieu de terrain a connu des blessures et d'autres difficultés.
  • Ashinga, responsable du recrutement et du bien-être du syndicat des footballeurs kenyans KEFWA, est revenu au football professionnel après une longue période d'arrêt pour blessure avec le FC Talanta.
  • Dans cet entretien en toute franchise avec la FIFPRO, le joueur de 28 ans nous confie ses problèmes de santé mentale et ses pensées suicidaires qui l'ont tourmenté lors de sa troisième saison en première division.

« Je jouais pour Nairobi City Stars, mais l'équipe n'était pas stable financièrement. N'ayant que mon diplôme d'enseignement secondaire, jouer au football était pour moi un travail à plein temps. Mais dans le même temps, je m'étais inscrit pour étudier les sciences du sport à l'université Kenyatta. J'ai réussi à équilibrer les deux : Ma formation et le football. À l'époque, je recevais encore un certain soutien de mes parents.

« J'avais quitté la maison de mes parents et j'habitais chez un autre footballeur. L'instabilité financière du club m'a posé quelques difficultés. À un moment donné, je devais recevoir de l'argent pour entrer à l'université après ma formation, mais je n'ai pas pu le réunir. Dans le même temps, je devais mettre quelque chose sur la table et payer les factures. J'avais un loyer à payer, et nous n'étions pas payés régulièrement.

Victor Ashinga 4 1100

« En tant que footballeur, il y avait aussi des femmes autour de moi, donc l'une d'elles que j'ai rendu - permettez-moi de ne pas dire malheureusement, mais bien heureusement - enceinte. Elle vivait encore chez ses parents à l'époque. Ils l'ont chassée lorsqu'elle leur a annoncé qu'elle était enceinte. Elle est venue me voir et m'a dit qu'elle avait été mise dehors, et que nous devions donc rester ensemble.

« À cette époque, il y avait trop de difficultés à relever. Nous sommes restés sans salaire du club pendant des mois, et elle a vécu avec moi et le coéquipier. J'ai donc demandé à mon coéquipier s'il pouvait me laisser un peu d'espace pour régler mes problèmes en quittant la maison et en revenant une fois le bébé né. Il m'a alors dit qu'il serait prêt à le faire, mais que je devrais payer tous les frais. C'était un défi de taille, car j'allais me retrouver sans salaire pendant des mois, alors qu'on attendait de moi que je paie toutes les factures, que je donne le meilleur de moi-même sur le terrain et que je prépare les examens à l'université.

« Tout ça devenait trop pour moi.

« Je suis allée voir un médecin et lui ai posé des questions sur les avortements. Je voulais tout savoir sur les procédures, les frais et les implications. Je voulais m'assurer que si j'allais parler à cette femme, j'aurais tous les éléments. Je lui ai dit que tout cela n'allait pas et que nos relations n'étaient pas très bonnes. Sans compter que l'entraîneur me rappelait aussi que mes performances n'étaient pas suffisantes et qu'il envisageait de mettre fin à mon contrat. Je l'ai supplié de me laisser du temps pour régler mes problèmes.

“Dire les choses, c'est résoudre le problème à moitié”

« Je suis ensuite allé voir un coéquipier et lui ai parlé de mes problèmes. Mais il ne m'a pas vraiment aidé. Il m'a juste dit de chasser cette femme. Il vivait au quatrième étage, et je me souviens être sorti sur le balcon et avoir regardé en bas. Des pensées m'ont traversé l'esprit. Je me disais qu'il me suffisait de sauter pour oublier tous les problèmes auxquels je faisais face. J'ai eu de nombreuses pensées suicidaires. Mais le même jour, je me suis aussi dit que c'était trop. Il fallait que je m'exprime et le lendemain, je suis rentré chez moi pour faire part de mes problèmes à mes parents. Ils ont été si réceptifs que j'ai compris que j'aurais dû aller les voir bien plus tôt, mais je n'osais pas. Ils m'ont alors dit qu'ils accueilleraient cette femme et que je devais lui dire de venir me rendre visite.

« J'ai également parlé à l'entraîneur et je lui ai dit ce que je vivais et qu'il y avait trop de pression. Il était très compréhensif et m'a donné des conseils très positifs. Il a également parlé aux autres joueurs et leur a expliqué que nous devions veiller les uns sur les autres. À partir de là, j'ai pu me concentrer. Cette femme a donné naissance à une belle petite fille. Nous ne sommes plus ensemble, mais ma fille, Junnel, a maintenant sept ans et vit avec moi.

« J'encourage tous les joueurs confrontés à des problèmes similaires, ou autres, à accepter que ces choses arrivent. Et ensuite d'en parler. Dire les choses, c'est résoudre le problème à moitié. Les joueurs n'aiment pas parler par peur d'être stigmatisé. Au Kenya, nous avons un dicton swahili « Mwanaume ni kukaa ngumu », qui signifie en gros que les hommes doivent être forts, quoi qu'il arrive. Mais les hommes peuvent aussi être forts en parlant de leurs difficultés. Il faut être fort pour faire ça ».