Roccarocari 2 2500

Cari Roccaro : « Moi ? je suis brune, et je suis en thérapie »

Santé Mentale L'histoire du joueur
16 mars 2022
Roccarocari 2 2500
  • Cari Roccaro est une milieu de terrain de 27 ans qui évolue au Angel City FC, en Ligue nationale féminine de football des États-Unis.  
  • Avec son amie Ginny McGowan, elle produit le podcast Butterfly Road pour débattre de la santé des athlètes et des problèmes de santé mentale. 
  • Cari a joué un rôle primordial pour que les joueuses de la NWSL aient droit à un congé de santé mentale d'une durée maximale de six mois, ce qui a été inclus dans leur récente convention collective.  

« C'est moi qui ai en quelque sorte fait avancer les choses. 

À l'approche de la saison 2019, j'ai demandé à la ligue un congé pour pouvoir prendre soin de ma santé mentale. Je pensais que toute personne blessée, dans l'incapacité de jouer avec son club était malgré tout rémunérée et bénéficiait de tous les avantages liés à l'appartenance à une équipe de la NWSL. Mais j'ai appris que je ne serais pas payée et que tout serait suspendu jusqu'à mon retour en compétition avec mon équipe.  

J'ai donc dû choisir entre mon salaire, autrement dit mes moyens de subsistance, et ma santé mentale. Paradoxalement, cela m'a permis de me rétablir plus vite et d'être prête pour la présaison...  

Et puis j'y ai repensé, lorsqu'il y a un an, Meghann Burke, la directrice exécutive du syndicat des joueuses de la NWSL, a appelé notre équipe. Je lui ai fait part de la nécessité de mettre quelque chose en place pour les joueuses souhaitant s'absenter, pour qu'elles aient cette possibilité tout en étant rémunérées. Les filles qui se font une déchirure du ligament croisé antérieur sont toujours payées, même si elles sont éloignées de l'équipe pendant des mois. Pourquoi traiter différemment une souffrance mentale ?  

Le syndicat a soulevé la question lors des négociations. Nous avons obtenu jusqu'à six mois de congés payés pour raisons de santé mentale et je pense que c'est la première fois dans l'histoire du sport aux États-Unis, ce qui est vraiment formidable. C'est génial de savoir que j'ai eu un tel impact. J'en suis vraiment très fière.

Roccarocari 4 1100
Crédit photo : Angel City Football Club

C'est juste parce que j'en ai eu l'idée. Chapeau bas à Meghann et à toutes les filles de l'équipe de négociation.  

Pour la toute première fois, vous pouvez tout avoir : la possibilité d'être en sécurité et en bonne santé, de prospérer et de gagner de l'argent, et de faire partie de l'équipe.  

Je me demande combien de joueuses se manifesteront et se montreront plus réceptives et transparentes à propos de leur santé mentale au lieu de souffrir en silence. Cela ouvre la porte à un dialogue constructif et permet aux entraîneurs de comprendre que vous ne faites pas preuve de faiblesse en affirmant que vous souffrez de problèmes mentaux.  

Je pense que c'est le principal problème auquel nous sommes confrontées. « Je ne vais pas en parler, sinon je n'aurai pas droit à mon de temps de jeu. Ils penseront que je ne peux pas gérer la pression d'un match de la NWSL » Mais ce n'est pas grave si vous avez des difficultés et que vous avez besoin d'aide. Nous devons peu à peu éradiquer cette stigmatisation.  

J'ai vu des joueuses de toute la ligue traverser des épreuves, contraintes de se contenter de cette situation, de faire des efforts et de s'en sortir.  

Roccarocari 14 2500
Crédit photo : Angel City Football Club

Actuellement, je ne suis pas en difficulté, mais j'ai connu une très mauvaise passe en 2019. C'est agréable de savoir que j'ai cette sécurité, que si je suis à nouveau en difficulté, je peux obtenir de l'aide et que je n'ai pas à choisir entre mon travail et ma santé mentale. C'est vraiment un soulagement.  

Lorsque j'ai éprouvé pour la première fois des problèmes de santé mentale à l'université, je l'ai occulté. Je pensais que j'étais assez forte pour m'en sortir toute seule, mais manifestement, je ne l'étais pas. Quand j'ai pensé que je ne finirais pas mes trois ans et demi d'études, j'ai commencé à voir un psychologue. Ça m'a beaucoup aidé.  

J'ai pensé que toutes mes coéquipières pouvaient vivre la même chose et j'ai commencé à leur dire : « Allez chercher de l'aide, il n'y a pas à en avoir honte. Ça peut vraiment vous aider ». J'ai toujours été très ouverte à ce sujet, même lorsque je suis entrée dans la NWSL. C’est un peu comme si je disais « Moi ? je suis brune, et je suis en thérapie ». C’est tout à fait normal et vraiment pas un problème pour moi. Ce ne sont que des outils pour nous aider à mieux vivre. 

Lorsque Ginny m'a demandé de faire le podcast Butterfly Road, il s'agissait pour moi de le faire pour un public plus large.

Roccarocari 5 1100
Crédit photo : Angel City Football Club

Butterfly Road raconte l'histoire de deux filles qui cherchent à déstigmatiser la maladie mentale. Ginny est très intelligente et moi je joue dans la NWSL. Toutes les deux, nous avons été confrontées à des problèmes de santé mentale. Nous voulions en parler publiquement, montrer que l'on peut parfaitement réussir et gérer ces problèmes en parallèle.  

Nous en parlons avec des invités tels que les joueuses de la NWSL Jessica McDonald et Lindsey Horan, ex-joueuse de la NFL James Onwualu et ex-joueuse de la NHL Stephen Johns.  

Notre objectif était de faire en sorte que le sujet reste léger et d'éviter toute stigmatisation. Certains débats sont très sérieux, et tout d'un coup surgit une blague sur nos cheveux. Ça marche bien, car nous avons des personnalités différentes. Ginny est douce et moi j'élève la voix. Nous nous amusons à notre manière.  

D'après les nombreux retours, c'est un succès, les auditeurs et auditrices apprécient, s'y reconnaissent, et c'est très gratifiant. Butterfly Road, ce n'est pas juste fait pour se sentir bien dans sa peau, c'est fait pour aider les autres ».