Yohan Benalouane 2500

Yohan Benalouane aide les sans-abris

11 novembre 2021
  • Yohan Benalouane s'occupe des sans-abris qui vivent dans les rues de Thessalonique, en Grèce
  • Le défenseur de la Tunisie et du Áris Salonique est l'un des sept nominés pour les Prix du mérite de la FIFPRO
  • Yohan, qui a également joué en Angleterre, en France et en Italie, espère que ses efforts pourront se transformer en un mouvement mondial.

Le football ne représente que 50 % de ma vie, mais le plus important dans le football n'est pas l'argent qu'il rapporte, ce sont toutes les portes qu'il peut ouvrir dans le monde. J'ai commencé mon activité caritative quand j'étais en Angleterre, parce qu'en Angleterre, il y a beaucoup de gens dans la rue. Je faisais ça pour moi. Puis j'ai commencé à Thessalonique. J'étais avec un ami. Il a pris une photo, et une fois publiée sur Internet, de nombreuses personnes ont dit vouloir aider ou faire quelque chose de similaire. Alors, j'ai réalisé que nous pouvions lancer un mouvement. Maintenant, chaque semaine, je suis rejoint par huit à dix personnes. Ils apportent des vêtements, des médicaments, de la nourriture, tout. Nous nous promenons dans la ville et distribuons. Parfois, nous partageons simplement quelques mots, parce que les gens dans la rue ont besoin de mots, ils ont besoin de sentir qu'ils ne sont pas seuls. C'est vraiment important. 

C'est bien si on peut aider. J'ai l'impression d'avoir beaucoup de chance. Pas parce que je suis footballeur, mais parce que j'ai la chance de vivre dans une maison, de pouvoir dîner et d'avoir des gens autour de moi, juste pour parler, juste pour aimer. Certaines personnes n'ont pas cet amour parce qu'elles vivent dans la rue. J'essaie donc de leur apporter de la nourriture, des vêtements et des médicaments, mais aussi de l'amour. Nous essayons également de changer leurs perspectives. Parfois, ils ont perdu la foi. Nous essayons alors de leur apporter un peu de pouvoir, de dire : « N'abandonnez pas, essayez d'aller de l'avant. Je serai là pour vous aider. Essayez de faire quelque chose de votre vie, car la vie n'est jamais terminée. Parfois, un pas est le début d'un long voyage ».

Ce contenu a été caché parce que les cookies n'ont pas été acceptés. Cliquez ici de reconsidérer.

Mon père travaillait du lundi au dimanche pour notre famille afin d'apporter de la nourriture à la maison. Je me souviens qu'il y avait des moments où mon père et ma mère mangeaient du pain avec seulement de l'huile d'olive. C'est tout ce qu'ils avaient. Ils voulaient s'assurer que nous avions à dîner. Quand j'ai vu tout ce que mon père a fait pour moi, j'ai compris que je devais donner quelque chose en retour au monde. C'est la raison pour laquelle j'ai créé ce mouvement. Si nous créons tout cela ensemble, nous pouvons rendre le monde meilleur. J'espère que nous pourrons étendre cette initiative au-delà des frontières de la Grèce. Peut-être qu'elle pourrait s'étendre au monde entier. Je ne suis pas le seul athlète qui a quelque chose à donner. Nous sommes partout, tout le monde a quelque chose à donner. 

Après avoir joué au football pendant 15-16 ans, je connais beaucoup de gens. J'ai construit beaucoup de relations avec différentes personnes, et je pense que c'est quelque chose d'important pour le bagage que je porte dans ma vie. Quand je suis arrivé dans le football, mes bagages étaient vraiment vides. Maintenant, après toutes ces années, je sors avec quelque chose de complet. Je ne parle pas d'argent ou de choses matérielles. Bien sûr, si vous êtes intelligent et que vous faites de bons investissements, vous pouvez planifier l'avenir. Mais ce que je veux dire, c'est que mes bagages sont pleins de relations. 

Je vais vers les sans-abri, car il est important de leur montrer que vous savez que ce n'est pas facile de dire : « Je suis sans-abri ». Donc on va les voir, et on commence la conversation. On leur dit : « Je n'ai aucun problème avec ça, je suis là pour vous. Je suis ici parce que j'ai peut-être déjà été dans la même situation. Peut-être pas au même niveau, mais je viens vers vous ».

Imago0027278125h

J'aime parler avec les gens pour comprendre comment ils se sont retrouvés sans domicile. Parfois, ils ont des problèmes avec leurs parents, parfois ils ont perdu leur emploi. Le point de départ est la situation des sans-abris. Parfois, si vous arrivez quelque part, c'est parce que vous avez peut-être commis une erreur. Mais tout le monde peut faire une erreur dans la vie. J'ai fait des erreurs et vous pouvez en faire. Le plus important est de comprendre ce qui a été une erreur et d'essayer de recommencer. C'est pourquoi je veux être là pour eux. Pour dire : « Hé, allez, ce n'est pas fini. Vous avez besoin d'aide pour ceci ou pour cela. Allons chercher l'aide dont vous avez besoin, mais essayez d'aller de l'avant et de croire en un autre avenir ». 

Certains de mes coéquipiers sont déjà venus avec moi. Ils ont dit qu'ils aimaient ce que je faisais et qu'ils voulaient venir avec moi. Je n'ai pas eu besoin de leur demander. Ils doivent venir d'eux-mêmes parce qu'ils pensent que c'est une bonne chose. S'ils sont convaincus, ils sont les bienvenus. Tout le monde est le bienvenu. J'ai même été rejoint par des supporters du PAOK [rival local du Áris Salonique]. Ils ont travaillé avec nos supporters. Cela me montre simplement qu'avec le temps, à partir d'un bon mouvement, on peut unir toutes les personnes. Parfois, on peut résoudre beaucoup de problèmes en faisant une seule chose.