FIFPRO Statement 2500

La FIFPRO demande la suspension de la fédération russe de football

Droits de l'Homme Déclaration
28 février 2022
FIFPRO Statement 2500

En ce cinquième jour de l'invasion de l'Ukraine par la Russie, la FIFPRO est en profond désaccord avec la décision du Bureau du Conseil de la FIFA, qui ne protège pas les joueurs et ne donne pas de direction claire à notre sport en imposant la plus légère des sanctions à la Fédération russe de football (RFS). Compte tenu des actions de la Russie ces dernières semaines, la participation de ses équipes aux compétitions de l'UEFA ou de la FIFA ou l'exercice des fonctions de ses dirigeants dans le football international n'est pas envisageable.

La FIFPRO soutient tous les joueurs et les instances de football du monde entier qui choisissent de ne pas jouer contre des équipes russes dans ce moment douloureux. Nos syndicats en Pologne, en Suède et en République tchèque sont en contact direct avec les joueurs, dont la position de ne pas jouer, quel que soit le lieu, reste inébranlable. De nombreux autres joueurs et syndicats du monde entier ont exprimé leur soutien. Nous appelons donc à suspendre la RFS avec effet immédiat jusqu'à ce que la paix, la sécurité et l'État de droit soient restaurés.

L'agression de la Russie et la réponse unie des démocraties du monde entier ont montré que la défense de la dignité humaine et de l'État de droit était mise à l'épreuve. Le football, et le sport en général, ont la responsabilité de répondre à leur tour. Les politiques passées de neutralité politique ont échoué à l'épreuve du temps, et il faut aujourd'hui un tournant dans la manière dont le sport s'engage dans la société, dont il défend la démocratie et les droits de l'homme. Il est urgent d'adopter une nouvelle approche, appliquée de manière cohérente, en se fondant sur les valeurs proclamées du sport.

Enfin, nous appelons à soutenir davantage les efforts internationaux visant à évacuer les personnes innocentes prises au piège de cette guerre. Il reste des centaines de milliers de personnes qui souhaitent quitter l'Ukraine, y compris des membres de nos syndicats, et nous appelons à une coopération continue et accrue pour faciliter leur évacuation.