Festo Omukoto

Festo Omukoto : « Nous avons élaboré un plan pour faire arrêter trois responsables de trucages de matches »

Anti-Match-Fixing L'histoire du joueur

Partager cette citation

Fermer
Festo Omukoto
Festo Omukoto Persona
À propos

Festo Omukoto

Festo Omukoto fait partie des trois joueurs kényans suspendus pour quatre ans de toute activité liée au football en 2020 suite à des accusations de trucage de matches. Le milieu de terrain est actuellement l'ambassadeur de la Kenya Footballers Welfare Association (KEFWA) contre les matches truqués. Il a récemment joué un rôle important dans l'arrestation de trois personnes qui tentaient de truquer des matches au Kenya.

Pendant plusieurs semaines, j'ai été approché par un groupe d'hommes me demandant de truquer un match pour eux. Ils voulaient que je les présente à des joueurs de Nairobi City Stars, afin qu'ils puissent ensuite - avec l'aide des joueurs - truquer le match. En tant qu'ambassadeur de la KEFWA, il n'en était absolument pas question. Mais je leur ai dit que je les aiderais. Je ne voulais évidemment pas les aider, mais je souhaitais les convaincre de me faire confiance.

J'ai approché le président de la KEFWA, James Situma, et je lui ai dit qu'il y avait trois hommes qui essayaient de me faire truquer un match pour eux, ou de les aider à truquer un match. Avec James, j'ai mis au point un plan qui permettrait de les arrêter. Nous avons contacté les responsables de Nairobi City Stars et nous les avons mis au courant. Ils ont été ravis de travailler avec nous. Nous avons réfléchi à notre plan et lorsque la police a estimé qu'elle avait suffisamment de preuves, elle a arrêté les trois personnes pour avoir essayé de truquer des matches. C'était en mars.

Si ces individus m'ont contacté en premier lieu, c’est parce qu'ils savaient que j'avais eu des problèmes à cause de matches truqués. Je suis une victime de matches truqués. Lorsque je jouais pour les Kakamega Homeboyz, certains d'entre nous ont été approchés par des individus pour truquer un match. Ils voulaient que nous jouions pour un certain score. Nous n'étions pas intéressés et nous n'avons pas fait ce que les truqueurs nous avaient demandé. Mais comme nous disputions deux matches par semaine, nous n'en avons pas parlé au club. Nous n'y avons pas pensé et nous n’étions pas rassurés car nous ne savions pas ce qui nous arriverait si nous le dénoncions. 

Mais les truqueurs se sont rendus à notre club et ont raconté aux dirigeants que certains de leurs joueurs avaient accepté de truquer des matches. Les dirigeants ont contacté la FIFA et, quelque temps plus tard, on nous a annoncé que nous étions bannis pour quatre ans. Nous n'avons pas eu l'occasion de faire valoir notre point de vue et lorsque nous avons appris la sanction, la date d'appel était dépassée. Nous n'avons donc rien pu faire.

Festo Omukoto playing

Après l'interdiction, je n'ai même pas été autorisé à m'entraîner avec une équipe. Je passais le plus clair de mon temps à la maison. C'est alors que la KEFWA m'a contacté et m'a invité à aller parler aux joueurs des dangers des matches truqués, et je suis devenu un ambassadeur de la KEFWA. En ma qualité d'ambassadeur, j'assiste à de nombreuses réunions, au cours desquelles je parle avec les joueurs et les entraîneurs.

Je les conseille sur la manière de réagir lorsqu'ils sont approchés pour truquer un match. Je les encourage à ne pas participer à des matches truqués. Ma propre expérience me permet de leur dire à quel point cela peut nuire à leur carrière. J'étais encore jeune lorsque j'ai été banni et j'aurais dû continuer à pratiquer le football. Je leur conseille de se concentrer sur leur carrière. Je leur dis d'être eux-mêmes. Je leur rappelle pourquoi ils sont devenus footballeurs et qu'ils doivent s'efforcer en tant que joueurs d'améliorer les choses. C'est possible, en étant de bons joueurs et en gagnant sur le terrain.

Je pense que si j'avais parlé à la KEFWA du trucage des matches ou si j'avais entendu un ambassadeur en parler lorsque j'ai été approché, j'aurais réagi très différemment. Je ne pense pas que j'aurais eu les mêmes problèmes. J'aurais su qu'il fallait que je dénonce le problème.

L'application Red Button expliquée

À cet égard, je pense que l'application Red Button, qui permet aux joueurs de signaler de façon anonyme des matches truqués, est un outil extrêmement important et utile. Je pense que si l'application Bouton Rouge avait existé lorsque j'ai été approché, mon cas aurait pris une tournure différente.

En tant qu'ambassadeur de la KEFWA et ayant été directement touché par les matches truqués, j'encourage tous les joueurs à recourir à l’application Bouton Rouge et tous les syndicats à former les joueurs à l'utilisation de cet outil de signalement. Nous faisons la même chose ici au Kenya pour les joueurs.

Les matches truqués posent véritablement problème au Kenya et ils ont eu un effet néfaste sur le sport dans le pays. Nous ne voulons pas d'un tel phénomène dans le football kenyan, car il a fait régresser le football. Le problème des matches truqués s'explique notamment par le fait que les joueurs sont très mal payés, même en première division. Les joueurs sont alors tentés de se faire davantage d'argent. Le trucage des matches en est un des moyens. Mais à quel prix ? C’est cher payé, parfois pour eux individuellement, mais certainement pour le football kenyan. Pour l'instant, notre football ne progresse pas vraiment. On peut même parler de régression. Et c'est en partie à cause des matches truqués.

Festo Omukoto Conference