Generic Image Blue B

Graves préoccupations au sujet de l'énquête sur deux décennies d'abus sexuels au Gabon

Abus Sexuels Déclaration
28 mars 2022
Generic Image Blue B
En tant que syndicat mondial des footballeurs professionnels, le rôle premier de la FIFPRO est de protéger le bien-être des joueurs. C'est pourquoi nous avons été extrêmement préoccupés par les allégations d'abus sexuels d'un niveau sans précédent dans le football gabonais, qui se seraient produits au cours des deux dernières décennies au moins.

Ces allégations surviennent à un moment où la FEGAFOOT, la fédération nationale de football du Gabon affiliée à la FIFA a déjà été largement critiquée pour sa très mauvaise gestion ces dernières années. Les critiques portent notamment sur les points suivants :

  • La FEGAFOOT n'a pas réussi à relancer le football depuis la pandémie, bien qu'elle ait reçu une aide financière importante dans le cadre du plan de secours FIFA COVID-19. Aucun football de haut niveau n'est actuellement pratiqué dans le pays.
  • La FEGAFOOT n'a pas respecté ses engagements publics, selon lesquels elle devait verser une part importante des subventions du plan d'aide FIFA COVID-19 directement aux joueurs, dont beaucoup ne sont pas payés depuis la saison 2016/17. Ces fonds réservés ont plutôt été distribués à d'autres parties prenantes, dont d'anciens présidents de la FA.
  • La FEGAFOOT a fait preuve d'un mépris flagrant pour le football féminin. Le défaut de paiement des joueuses de l'équipe nationale féminine est un problème récurrent.  Nous avons également reçu des rapports faisant état d'une pratique courante à la FEGAFOOT consistant à retenir et/ou à confisquer les passeports des joueuses pour s'assurer que celles-ci gardent le silence sur différentes questions.
  • La FEGAFOOT n'a pas réussi à mettre en place les principaux mécanismes de gouvernance approuvés par la FIFA, notamment une chambre de résolution des litiges.
  • La FEGAFOOT n'a jamais réussi à s'engager avec les joueurs et leurs représentants. Au lieu de cela, des cadres de la FEGAFOOT ont directement demandé l'arrestation de la délégation de l'ANFPG, membre de la FIFPRO, sans aucun motif légal, simplement pour l'empêcher d'entrer en contact avec l'équipe nationale. Le dépôt de plainte de la FIFPRO contre la FEGAFOOT auprès des instances compétentes de la FIFA est en cours.

Face à cette série de manquements, la FIFPRO et sa représentation continentale a exprimé à plusieurs reprises ses préoccupations quant à la compétence de la FEGAFOOT à gérer une enquête complexe et sensible sur les abus sexuels. À ce jour, nous n'avons reçu aucune réponse satisfaisante à ces préoccupations, et nous avons donc lancé une enquête préliminaire et indépendante l'année dernière.

Les conclusions de cette enquête préliminaire sont extrêmement préoccupantes. Nous avons identifié plusieurs victimes et de nombreux témoins qui ont parlé d'une série de personnes très en vue et d'abuseurs en série, profondément ancrés dans les structures du football gabonais. Ces personnes ont été autorisées à continuer d'abuser de leur position malgré les inquiétudes exprimées publiquement et en privé auprès des plus hauts responsables de la FEGAFOOT. En effet, l’examen des sources publiques par notre équipe d'enquêteurs montre que les cadres supérieurs de la FEGAFOOT ont reconnu qu'ils étaient au courant des allégations d'abus. En somme, il s'agissait d'un secret de polichinelle dont on n'a pas tenu compte depuis des années.

En outre, nous avons informé la FIFA d'allégations inquiétantes selon lesquelles des personnes ayant des liens étroits avec la FEGAFOOT auraient proféré des menaces à l'encontre de joueurs et de témoins susceptibles de détenir des preuves pertinentes pour toute enquête, dans le but de les réduire au silence,

La FIFPRO a donc une nouvelle fois demandé à la FIFA de veiller à ce qu'une enquête compétente et indépendante soit menée. Nous continuerons à user de notre position et de notre influence pour faire en sorte que le courage des victimes et des dénonciateurs ne passe pas inaperçu. Il s'agit d'une occasion cruciale de protéger les joueurs et de veiller à ce que le Gabon dispose d'une structure de gouvernance du football opérationnelle qui profite à l'ensemble de la communauté footballistique, et de faire du football un cadre sûr où les footballeurs peuvent jouer et s'épanouir.