Tactical Lines B Blue

FIFA Ethics Committee Decision: Argentina Coach

Abus Sexuels Déclaration
23 mai 2022
Tactical Lines B Blue

La décision de la Chambre arbitrale de la Commission d'éthique de la FIFA de ne pas sanctionner un entraîneur argentin pour harcèlement sexuel et comportement abusif soulève des questions extrêmement graves sur la manière dont le football professionnel assure la sécurité des joueurs.

Cinq joueuses de football ont présenté des preuves convaincantes et crédibles contre l'entraîneur. Elles ont raconté comment, pendant plusieurs années, elles ont été victimes de traitements choquants et récurrents de la part de l'entraîneur qui avait le devoir de les protéger en tant qu'adolescentes et jeunes femmes.

Les joueuses ont été extrêmement courageuses pour contester la conduite de l'entraîneur et contribuer à faire du football un environnement plus sûr et plus inclusif pour leurs pairs. La décision de la Commission d'éthique de la FIFA soulève des questions quant au nombre de preuves nécessaires pour qu'une action disciplinaire soit lancée et dissuadera d'autres joueurs de se dresser contre les auteurs de harcèlement et d'abus.

Nous sommes notamment préoccupés par le manque de diversité des genres au sein de la Chambre arbitrale, par la longueur de l'enquête de la Commission d'éthique de la FIFA, qui a débuté en 2020, et par le fait que ni les joueuses ni la FIFPRO, en sa qualité de représentant, n'aient reçu une copie de la décision avant sa publication aujourd'hui, malgré plusieurs demandes expliquant pourquoi la notification préalable est essentielle dans toute procédure impliquant des victimes et des dénonciateurs.

L'absence de notification préalable de la décision n'a pas permis à la FIFPRO de préparer correctement les joueuses à cette décision profondément pénible qui peut avoir un impact significatif sur leur bien-être et leur carrière.

Étant donné que la Chambre d'investigation de la Commission d'éthique de la FIFA a indiqué à juste titre que l'entraîneur avait violé les règles de sauvegarde et de harcèlement sexuel, nous nous attendons à ce que le chargé d'instruction fasse appel de la décision de la Chambre arbitrale en vertu de l'article 82, paragraphe 2 du Code d'éthique de la FIFA. Ceci est particulièrement important car ni les joueuses ni la FIFPRO n'ont, d'après les règles et la jurisprudence actuellement en vigueur, le droit de faire appel de la décision.

La FIFPRO continuera à soutenir tous les joueurs de football qui s'expriment courageusement contre les abus, le harcèlement et la discrimination. Nous encourageons les autres personnes disposant de preuves pertinentes à se manifester en toute confidentialité afin de contribuer à un éventuel appel et de faire en sorte que les joueuses en Argentine et dans d'autres pays du monde puissent pratiquer ce sport librement et en toute sécurité.