Kosovare Asllani

« La récupération mentale est sous-estimée dans le football »

Programme : Etude de Football Drake Nouvelles

Partager cette citation

Fermer
Kosovare Asllani
  • L'étude Drake Football est un projet de 10 ans qui porte sur la santé des joueurs et qui s'intéresse à leur santé physique et mentale

  • Elle est dirigée par le médecin en chef de la FIFPRO, le professeur Vincent Gouttebarge

  • Le professeur Gouttebarge fait le point sur le projet et évoque la santé mentale dans le football

La FIFPRO coordonne une étude novatrice sur dix ans qui permettra de mieux comprendre la santé physique et mentale des footballeurs.

L'étude Drake Football est financée par la Fondation Drake et soutenue par les centres médicaux de l'université d'Amsterdam, Mehiläinen (Finlande) et Push Sports (Pays-Bas).

L'étude suit le bien-être d'environ 170 footballeurs et footballeuses, pendant leur carrière et après leur carrière.

Le professeur Dr Vincent Gouttebarge, médecin en chef de la FIFPRO, dirige cette recherche. L'ancien défenseur d'Auxerre, de Volendam et d'Almere City fait le point sur le projet et explique pourquoi il faut en faire plus pour soutenir la récupération mentale des joueurs.

Pouvez-vous nous dire à quel stade en est la FIFPRO avec l'étude Drake Football ?

Prof Dr Vincent Gouttebarge : Nous avons commencé en janvier 2020, mais les plans de départ ont été modifiés en raison de la pandémie de Covid-19. Nous avons repris en septembre 2020 en sécurisant au maximum les protocoles de lutte contre la Covid-19 pour les joueurs. Nous avons recueilli beaucoup de données jusqu'à présent mais, naturellement, la science avance lentement lorsqu'il s'agit d'analyser et d'interpréter ces données. Grâce à la collaboration avec le département de médecine sportive de l'université de Pretoria en Afrique du Sud, nous avons deux doctorants qui analyseront ces données dans les années à venir. Pour les joueurs hommes, nous allons commencer par les douleurs articulaires des hanches et des genoux, et pour les joueuses, nous allons commencer par la santé mentale.

2017 Vincent 1 650
Le professeur Dr Vincent Gouttebarge, médecin en chef de la FIFPRO, dirige la recherche.

Quelle est l'importance de cette recherche, notamment en ce qui concerne la santé mentale des joueurs ?

La santé mentale est l'un des principaux domaines de l'étude Drake Football, après la santé musculo-squelettique, cérébrale et cardiovasculaire. Au sein de la FIFPRO, nous sommes proactifs, avec nos syndicats nationaux, et nous explorons les facteurs qui jouent un rôle dans ces symptômes de santé mentale. Il est important d'adopter cette approche dans le cadre de l'étude Drake Football en mesurant les symptômes de santé mentale non seulement à certains moments de la saison, mais aussi après le football. Si nous réussissons à conserver ces joueurs dans l'étude Drake Football, nous observerons une tendance de ces symptômes de santé mentale au fil du temps.

Quels sont les problèmes de santé mentale auxquels les joueurs peuvent être confrontés après un tournoi ?

Les joueurs peuvent ressentir des symptômes dépressifs liés à l'isolement social et à leurs performances. Mais même les joueurs qui se sentent satisfaits après un tournoi, qu'ils aient connu le succès ou qu'ils aient terminé sans aucune blessure, nécessitent de voir leur santé mentale prise au sérieux. Au cours d'un tournoi, et encore plus après une longue saison, ils subissent une forte pression de la part d'eux-mêmes, de leurs coéquipiers, du personnel, des médias et du public. Donc, après, ils ont besoin d'une courte période de décompression avant une plus longue période de détachement cognitif. C'est un processus normal pour le cerveau afin de pouvoir se préparer à la saison suivante.

Il est similaire à la récupération musculaire. Après une longue saison, avec un cumul d'entraînement et de compétition, les joueurs ont naturellement des douleurs musculaires. Ils ont donc besoin de sortir de cette période pendant quelques jours, puis de bénéficier d'une période plus longue de récupération et de régénération. D'un point de vue cognitif et mental, les mêmes principes devraient s'appliquer pour le rétablissement mental

Quels sont les effets potentiels à long terme de ces problèmes de santé mentale ?

Les joueurs sont souvent dans une routine où quand un match se termine, ils pensent tout de suite au suivant. Quand on est dans cette routine, il y a un risque ne pas réfléchir, de ne pas être conscient des problèmes pouvant affecter la santé mentale. Il est important d'avoir conscience de soi en tant qu'être humain et en tant que footballeur professionnel. On doit réfléchir pour rester rationnel. Si vous associez autoréflexion et rationalité, cette combinaison mène à une résilience optimale, et cette résilience peut vous permettre de tenir le coup, non seulement à court terme, mais aussi sur le long cours, d'une saison à l'autre.

Pensez-vous que la santé mentale après les tournois soit suffisamment prise en compte dans le secteur du football en général ?

Non. Dans le football, on accorde beaucoup d'attention à la récupération physique et physiologique, mais la récupération mentale n'est pas aussi développée. Lorsque les joueurs bénéficient d'une période de récupération après un tournoi, celle-ci est souvent axée sur la récupération musculaire et physiologique, mais pas sur le mental. Je pense que l'importance de la récupération mentale est sous-estimée. Les trois phases de décompression, détachement cognitif et préparation doivent être couvertes.

Étude Drake sur le football : Projet de 10 ans sur la santé des joueurs

Que faut-il faire de plus pour soutenir la santé mentale des joueurs après un tournoi, et quels changements espérez-vous personnellement voir mis en œuvre ?

Les équipes qui participent à des tournois devraient avoir un professionnel de la santé mentale qui supervise le processus de récupération et de régénération. La discussion autour du calendrier international des matchs est tout aussi importante. À la FIFPRO, nous avons travaillé à la coordination d'un calendrier de matchs internationaux bien équilibré. Les joueurs ont besoin de cette période de récupération après un tournoi, avant de retourner dans leur club.

Si les joueurs ne bénéficient pas d'une période de sécurité d'au moins trois semaines, ou idéalement de cinq semaines, après une longue campagne avant d'entamer la pré-saison, c'est dangereux non seulement d'un point de vue physique et physiologique, mais aussi mentalement. Il peut être difficile de faire la distinction entre le côté physique et le côté mental d'un joueur, car l'un influence l'autre. Ils sont toujours en interaction. Nous devons avoir cette vision holistique de la récupération. Nous devons donc garantir cette période particulière de récupération et de régénération après le tournoi.