Piracy01 2500

La FIFPRO demande aux autorités européennes de faire barrage aux cyberpirates dont sont victimes les joueurs en Europe

Économique Durable Nouvelles
11 février 2022
Piracy01 2500

Les footballeurs professionnels européens demandent aux négociateurs de l'UE d'empêcher les cyberpirates de nuire au sport européen. La solution est claire et à notre disposition : il s'agit de préciser que les intermédiaires en ligne doivent retirer les diffusions en direct illégales immédiatement après leur notification et avant la fin de l'événement en direct. Les négociateurs européens peuvent y parvenir dès aujourd'hui en acceptant de supprimer l'article 14.3.a de la nouvelle loi sur les services numériques. C'est leur dernière chance avant la fin des négociations en avril.

Le directeur de la Politique mondiale et des Relations stratégiques de la FIFPRO, Alexander Bielefeld, a déclaré : « Les cyberpirates pillent les joueurs européens et nuisent à leur croissance et à leur sécurité. Chaque seconde de propriété volée fait du tort à tous les joueurs, jeunes et moins jeunes - ceux qui travaillent dur pour les millions d'Européens qui aiment le jeu. Les retransmissions en direct sont notre source de revenus, et tout le monde profite de leur succès. Les syndicats de joueurs exigent la protection du travail et soutiennent pleinement la position des ligues professionnelles et des organisateurs de compétitions. »

La loi sur les services numériques de l'UE est une législation historique - une occasion de rendre l'internet plus équitable, plus sûr et plus responsable. Respecter et protéger le travail de ceux qui créent, voilà un élément essentiel de la mission de l'UE. La FIFPRO exhorte les représentants de l'UE à utiliser les dernières semaines de négociations pour rendre les nouvelles lois aussi efficaces que possible. Cela suppose de faire en sorte que la loi pour les événements en direct, y compris les compétitions sportives, soit effectivement appliquée. Les négociateurs de l'UE doivent supprimer l'article 14.3.a de la résolution du Parlement européen car il va dans le sens complètement opposé. Donner aux fournisseurs d'hébergement la possibilité de maintenir le contenu notifié disponible sur leur service tout en évaluant sa légalité rendrait l'application complètement insignifiante pour les contenus sensibles au facteur temps tels que les événements sportifs.

Les membres du Parlement européen, les gouvernements de l'UE et la Commission européenne ont deux mois pour mener à bien les négociations finales sur la loi sur les services numériques - ils se réuniront trois fois avant la première semaine d'avril. En supprimant l'article 14.3.a, ils peuvent s'assurer que les intermédiaires en ligne font ce qu'il faut : retirer le contenu illégal le plus rapidement possible.

La FIFPRO représente 65 000 footballeurs professionnels dans le monde et des milliers de joueurs dans l'Union européenne. Nous travaillons pour un avenir équitable, durable et gouverné démocratiquement. Le respect de la propriété intellectuelle et un retour équitable pour ceux qui investissent dans notre sport - l'un des événements culturels les plus populaires pour des millions de citoyens européens - contribuent à former de jeunes talents dans toute l'UE, à fournir des services essentiels comme le soutien à la santé mentale et à renforcer le tissu social des clubs et des communautés qui les soutiennent.