Joey Didulica ANP 2 2500

L'histoire d'un joueur à la retraite sur les commotions cérébrales : Joey Didulica

22 juillet 2020
Joey Didulica estime avoir fait plus de 20 commotions cérébrales au cours de sa carrière de footballeur professionnel. L'un d'eux a changé sa vie.

Né en Australie, le gardien de but a remporté des titres de champion avec l'Ajax et l'AZ aux Pays-Bas, et l'Austria Vienne. Il a représenté l'équipe nationale de Croatie.

Puis, en octobre 2006, quelques jours après son 29e anniversaire, il a été frappé au visage par un ballon alors qu'il était dans les buts de l'AZ.

« Il a été sonné instantanément », se souvient-il, en regardant les rediffusions vidéo.

« Au moment où le ballon a frappé ma tête, on a pu voir mon corps tomber raide mort. Je suis resté inconscient pendant une heure ».

Sa femme n'était pas au match. Le personnel l'a appelée pour qu'elle vienne le chercher, mais à son arrivée, Didulica ne l'a pas reconnue. « Je ne savais même pas que j'avais un enfant. Et que je parlais allemand ».

D'après des témoins qui ont vu l'accident, le traitement qu'il a reçu n'était pas idéal. « Quand j'ai été transporté inconscient sur une civière, en descendant les escaliers, mon cou n'était pas stabilisé. Ma tête vacillait de gauche à droite.

« Le docteur ne m'a pas envoyé à l'hôpital, il m'a juste renvoyé chez moi. »

Joey Didulica ANP 3 1100

Dans les jours qui ont suivi, Didulica avait beaucoup de nausées et de problèmes nerveux, ce qui le faisait beaucoup trembler. Ce n'est qu'au bout de quelques jours qu'un généraliste a diagnostiqué une commotion cérébrale.

Il lui a fallu presque deux ans pour réapparaître dans les buts de la première équipe de l'AZ. Plus tard, il a eu d'autres commotions cérébrales, dont une lors d'un match contre l'Ajax, lorsque Luis Suárez – aujourd'hui à Barcelone – l'a percuté après avoir manqué un penalty.

Cette collision a également provoqué un grave problème de colonne vertébrale, et Didulica a rarement joué après cet incident. En octobre 2011, il a mis fin à sa carrière de joueur.

Aujourd'hui âgé de 42 ans, il explique souffrir encore de maux de tête récurrents et d'autres douleurs graves.

« J'ai l'impression de ne plus être moi-même » depuis la commotion cérébrale de 2006, confie Didulica. « J'ai des maux de tête tous les jours. Même à l'instant où je vous parle, j'ai mal à la tête », dit-il alors qu'il est au téléphone avec la FIFPRO depuis son domicile à Melbourne.

Joey Diduoica Suarez ANP 11

« J'ai du mal avec la lumière du soleil, l'éblouissement me tue. Je porte des lunettes de soleil tout le temps. Je réagis aux bruits. Je me retrouve dans un brouillard et je ne peux plus réfléchir ».

« Si ma journée a été chargée ou que j'ai vu beaucoup de monde, je vais me coucher à 8 ou 9 heures. Je suis fatigué et épuisé, et je commence à mal articuler mes mots ».

« Je pense aussi que mon cerveau est touché. Je ne dis pas que j'étais Einstein, mais mes résultats scolaires étaient bons. Aujourd'hui, il est beaucoup plus difficile pour moi de traiter des informations. Je vais encore à l'université pour faire travailler mon cerveau et me mettre au défi, mais cela me prend beaucoup plus de temps ».

Même si Didulica a souffert de multiples commotions cérébrales, il n'a jamais été conscient des risques à long terme pour sa santé qui y étaient liés.

« Absolument pas », explique-t-il. « Il n'y a pas eu de recherches. Tu tombes, pas de problème, tu t'en remettras ».

« Maintenant, je sais que je ne m'en remettrai pas. Il est impossible que je sois mentalement le même qu'en 2006.

« Je pourrais facilement faire de la dépression, en sachant ce que je faisais et ce que je ne peux plus faire maintenant.

« Je ne peux pas avoir un travail normal maintenant avec des horaires de 9h à 17h. Je ne peux pas surmonter ça, j'aurais la tête qui tourne.

« Je ne peux pas vivre une vie normale. Et honnêtement, j'ai peur de ce que l'avenir me réserve. Est-ce que je vais devenir dépressif et avoir envie de me suicider ? »

« Je crains qu'une démence ne s'installe. Je n'ai que 42 ans ».

Joey Didulica 1 1100 2

Didulica veut contribuer à sensibiliser sur les risques de commotion cérébrale dans le football professionnel. Il sait que les athlètes professionnels veulent toujours jouer.

« C'est la chose la plus importante dans votre vie, vous feriez n'importe quoi pour votre entraîneur, pour marquer un but sans même envisager une commotion cérébrale comme une mauvaise chose finalement : oui, cela en vaudrait la peine ».

« Mais il reste tant de choses à vivre, une cinquantaine d'années peut-être. Et vivre toutes ces années dans la douleur, le brouillard ou les autres répercussions d'une commotion cérébrale. Sachant cela, vous diriez rapidement « non, oublions tout ça ».

« Si vous me le demandez maintenant, j'aurais arrêté de jouer au football après 2006. Sans aucune hésitation. Parce que maintenant je vois les effets. La vie continue et je vis une existence douloureuse ».

Ce contenu a été caché parce que les cookies n'ont pas été acceptés. Cliquez ici de reconsidérer.

Remplacement supplémentaire et règle des dix minutes

La FIFPRO fait campagne en faveur d'un protocole amélioré pour les commotions cérébrales dans le football professionnel qui - entre autres - donne au personnel médical jusqu'à dix minutes pour emmener un joueur au vestiaire afin de décider s'il a fait une commotion cérébrale. Comme dans le rugby et la National Football League (NFL), il est possible d'avoir recours à un remplaçant temporaire qui retournera sur le banc de touche si le joueur ne se voit pas diagnostiquer de commotion cérébrale et qu'il est apte à reprendre.

« C'est certainement une belle avancée pour la sécurité du joueur », déclare Didulica. « Ils auraient dû le faire il y a longtemps. Maintenant que nous avons plus d'informations sur les commotions cérébrales et plus d'avis d'experts, cela ne devrait même pas être débattu.

« Vous avez besoin de temps pour évaluer une commotion cérébrale. Et vous avez besoin d'un environnement calme. La dernière chose à faire est de prendre une décision en 20, 30 secondes devant les fans. Vous devez poser des questions, vous devez installer le joueur et prendre une décision éclairée.

Didulica rejette les critiques selon lesquelles cette règle pourrait être utilisée abusivement par les équipes et les entraîneurs souhaitant un remplaçant supplémentaire dans les dix dernières minutes d'un match. « Je pense qu'il s'agit de deux débats distincts. Si vous regardez la santé et le bien-être des joueurs, il ne devrait même pas être question de tricherie. Il faut avant tout s'intéresser à la santé des joueurs ».

Voulez-vous en savoir plus?

commotion cérébrale