Khadija Timera ATB

Across the Board : Khadija Timera

Conseil d'administration Nouvelles

Partager cette citation

Fermer
Khadija Timera ATB

En novembre dernier, la FIFPRO a introduit le comité directeur composé le plus diversifié des 56 ans d'histoire du syndicat mondial des joueurs.

Khadija Timera est l'une des 18 personnes élues au comité directeur après avoir participé au programme Ready to Board destiné aux femmes travaillant dans le football.

Khadija Timera

• Avocate franco-sénégalaise, elle a grandi à Paris
• En tant que boxeuse, elle a failli se qualifier pour les Jeux olympiques de 2020
• Timera veut contribuer à la professionnalisation du football africain
• Elle est inspirée par la diversité et l'objectif commun du comité directeur

Comment trouvez-vous le fait d'être membre du comité directeur de la FIFPRO ?

J'aime cette structure, parce que je me sens chez moi. J'ai grandi dans le 18ème arrondissement de Paris, où il y a beaucoup de migrants d'Afrique de l'Ouest et d'Arabes d'Afrique du Nord, donc j'ai l'habitude de côtoyer différents types de personnes, de même qu'à l'université où j'ai étudié à Paris, et dans le cabinet d'avocats où j'ai travaillé au Luxembourg. J'aime apprendre et j'aime donc ce genre d'environnement.

Je dois dire que c'était mieux que ce à quoi je m'attendais. Dans de nombreux endroits, on peut avoir beaucoup de réunions, mais sans intention de changer les choses. La raison pour laquelle je me plais à la FIFPRO est que vous avez des gens avec de bonnes intentions qui sont vraiment intéressés par le changement et qui essaient de pousser les autres parties à prendre des décisions et à améliorer les conditions des joueurs.

Échanger des idées et parvenir à un consensus, c'est ce que nous essayons de faire au sein du comité. Bien sûr, avec un comité directeur de 18 personnes, il n'est pas facile de parvenir à un consensus ; nous venons de différentes régions et nous avons des compétences différentes. Mais le fait que nous soyons tous unis par la volonté de changer les conditions pour les joueurs est quelque chose qui aide.

Qu'apportez-vous au comité en tant qu'avocate ?

Je viens du droit des affaires, et je travaille dans ce domaine depuis un certain temps. (Après avoir travaillé pour un cabinet d'avocats basé au Luxembourg, elle a créé un cabinet de conseil pour les footballeurs et basketteurs africains à Paris en 2017, avant de s'installer à Londres). Pour moi, c'est intéressant de rejoindre un syndicat, mais j'étais sceptique quant à la manière dont je pouvais utiliser mes compétences et faire le lien avec un syndicat. Mais j'ai trouvé cela très intéressant, la pièce manquante de ce que je voulais de ma carrière. J'aime le droit des affaires mais je voulais aussi contribuer à changer le monde du football.

Le programme Ready to Board a constitué une bonne transition. Nous avons beaucoup travaillé sur nous-mêmes. Cela m'a clairement aidé, car tout vient de l'intérieur. Si vous ne travaillez pas sur votre conscience de soi, vous ne pourrez pas réaliser autant de choses.

En tant que membre du comité directeur représentant l'Afrique, quelle est votre vision du football dans la région ?

La situation en Afrique est diverse. Vous avez un pays comme l'Afrique du Sud où les joueurs ont déjà des accords de négociation en place, ils sont professionnels et peuvent vivre du football. Mais ce n'est pas le cas dans mon pays, le Sénégal. Il existe une législation qui tente de pousser à la professionnalisation mais, si on regarde les conditions réelles, on est loin d'être professionnels.

Le Sénégal a remporté la Coupe d'Afrique des Nations et s'est qualifié pour la Coupe du monde. Mais vous avez par exemple un joueur qui a été 10 ans dans le championnat local, s'est blessé et est devenu paralysé, et maintenant qui n'a pas de fonds pour se soigner. Certaines personnes pensent qu'il est bon que les joueurs des équipes nationales soient récompensés, mais aussi qu'un pourcentage des fonds alloués à l'équipe nationale devrait être réinvesti dans le championnat local. C'est un gros problème et nous devons le résoudre.

Nous devons vraiment trouver un moyen de professionnaliser le championnat national. Il y a une compétition amateur appelée Navétane qui se joue pendant la saison des pluies et qui est beaucoup plus populaire. Des joueurs comme El Hadji Diouf sont fiers d'y avoir participé, car cela prouve que vous avez été aux racines du football sénégalais. Pour les Navétanes, le stade est plein. Ce qui n'est pas le cas pour les matchs du championnat national. Nous devons vraiment trouver un moyen de professionnaliser la ligue. Il n'y a pas de syndicat de joueurs pour le moment, et nous voulons en créer un. Il n'y a actuellement aucun syndicat de joueurs qui puisse défendre les droits des footballeurs professionnels au Sénégal et nous aimerions créer un syndicat qui collaborera avec d'autres organisations.

De nombreux pays d'Afrique ont besoin d'aide. Il y a un grand déficit non seulement dans les conditions de formation, les contrats, les assurances, les installations, le réseau. Le football occupe une place importante dans le monde, et nous ne devrions pas avoir des joueurs qui vivent dans d'aussi mauvaises conditions.

Comment réaliser cette professionnalisation ?

Je crois fermement à la collaboration. On ne peut pas réussir seul. Dans le cadre des négociations de la FIFPRO avec les autres parties prenantes, il est important que nous gardions à l'esprit les petits pays et que nous demandions des mesures concrètes pour eux.

Je suis inspirée par toutes les personnes spéciales de la FIFPRO qui se battent pour améliorer l'industrie du football. Quand je vois par exemple l'ancien secrétaire général Theo (van Seggelen), ce qu'il a accompli avec seulement quelques collègues, cela ouvre des portes dans votre esprit et vous donne envie de changer les choses. La plupart des gens vous diront que le changement n'est pas possible. Quand vous voyez quelqu'un comme Theo ce qu'il a réalisé au niveau mondial avec le lancement de nombreux syndicats de joueurs, vous vous dites : cela vaut la peine de faire des efforts.