PSAPP FIFPRO 3 2500

Un syndicat à l’honneur : Le syndicat de joueurs grec PSAPP

Membres de la FIFPRO Nouvelles

Partager cette citation

Fermer
PSAPP FIFPRO 3 2500

Comme son nom l'indique, la FIFPRO est une fédération de syndicats de joueurs. Actuellement, 66 organisations sont associées au sein de la FIFPRO pour soutenir les footballeurs professionnels du monde entier.

Aujourd'hui, nous vous présentons le syndicat de joueurs grec PSAPP, qui a récemment reçu la visite d'une délégation de la FIFPRO.

Histoire

Le PSAPP est l'un des plus anciens syndicats de la famille de la FIFPRO. Il a été fondé en 1976 par, entre autres, d'anciennes légendes comme Mimis Domazos, Mimis Papaioannou, Antonis Antoniadis, Aristidis Kamaras, Giorgos Koudas et Kostas Leventis. Le PSAPP a rejoint la FIFPRO en 1977.

Actuellement, Giannis Braho est à la tête de l'organisation. L'ex joueur est responsable de toutes les relations internationales, mais dans la pratique, il est plus ou moins le directeur général de l'organisation. « J'ai commencé à me rapprocher du syndicat lorsqu'ils m'ont aidé à m'inscrire à l'Académie en ligne de la FIFPRO en 2013. J'ai effectué deux stages avec eux, puis ils m'ont proposé un emploi à temps plein. J'ai maintenant un master en Management du sport et je suis un cursus pour obtenir un diplôme en droit. »

PSAPP FIFPRO 2 1100

Réussites récentes

Giannis fait valoir quelques réalisations récentes. Le syndicat a obtenu deux sièges au conseil du football professionnel de la Fédération grecque de football (HFF). Le conseil compte treize sièges au total, mais il considère qu'il s'agit d'une bonne étape. « Faire partie du conseil nous permet de mettre nos thématiques à l'ordre du jour, et c'est vraiment essentiel. »

Le PSAPP souhaite notamment améliorer le système de licence afin de limiter le risque de voir des clubs devenir insolvables et léguer des dettes aux joueurs. « Depuis 2012, une cinquantaine de clubs ont fait faillite. Certains clubs sont revenus sous un autre nom, et d'autres ont été insolvables trois, quatre ou cinq fois. Au total, 1 500 joueurs doivent de l'argent à ces clubs, pour un montant total de 26 millions d'euros. » Le PSAPP veut discuter avec la HFF de la création d'un fonds de garantie pour aider financièrement ces joueurs. Le syndicat est déjà en pourparlers avec le Ministère des Sports pour l'introduction d'un « fonds pour les joueurs », qui devrait être financé par les revenus des droits de diffusion ou par les fournisseurs de paris.

Giannis veut surtout mettre en avant la relation actuelle avec les joueurs. « Il était nécessaire d'améliorer nos relations. Les joueurs sont notre force. Sans eux à nos côtés, nous ne sommes rien.

Je pense que nous sommes plus proches des joueurs aujourd'hui que ces dernières années. Ils sont impliqués davantage. Quand nous avons eu besoin d'eux, quand nous étions confrontés à des problèmes, les joueurs étaient là. Ils ont montré leur solidarité et leur soutien à 100 %.

La transparence joue un très grand rôle. Le comité directeur et le syndicat doivent être transparents envers nos joueurs et doivent être à leurs côtés pour tout ce dont ils peuvent avoir besoin. Ils doivent être portés par les joueurs et ne doivent pas avoir peur des répercussions négatives possibles, comme la rupture des relations avec les fédérations et les ligues. Nous sommes obligés envers les joueurs.

Le comité directeur est pleinement accepté par notre communauté et inclut, entre autres, des joueurs de l'équipe nationale et de nos meilleures équipes, l'Olympiakos et le Panathinaikos. »

PSAPP FIFPRO 3 1100

Situation actuelle

Le PSAPP compte 1 350 membres. « Nous avons 100 % de membres, car il est obligatoire, par le biais de notre système de licence, d'être membre du syndicat si vous jouez dans notre ligue. Il en est ainsi depuis de nombreuses années. »

Récemment, le syndicat a modifié ses statuts pour permettre aux footballeuses de devenir membres. C'est également la raison pour laquelle le syndicat a modifié son nom, passant de PSAP à PSAPP. Le deuxième P fait référence aux joueuses. « Nous voulions illustrer l'importance des joueuses pour notre syndicat.

L'un de nos principaux objectifs est de fédérer les joueuses. La ligue est encore amateur, même si certaines femmes ont signé des accords. Nous voulons apporter des changements et introduire des exigences minimales, un contrat standard pour les joueuses et une assurance maladie, par exemple. » 

La semaine dernière, le PSAPP a tenu des réunions avec la Fédération de football et le Ministère des Sports, auxquelles a également participé une délégation de la FIFPRO, pour évoquer l'amélioration de toutes les conditions pour les footballeuses, et diverses autres questions relatives au football grec, notamment l'introduction de l'application Bouton Rouge de la FIFPRO contre le truquage des matches.

Roy Vermeer, responsable du département juridique de la FIFPRO, a notamment expliqué la manière dont la Chambre nationale de résolution des litiges devrait fonctionner selon les règles de la FIFA : « Les échanges se sont déroulés dans une bonne ambiance, comme toujours. Nous avons une bonne relation avec la fédération. Mais nous devons maintenant attendre de voir si elle donne suite à notre réunion par des actions. »

Objectifs

Le principal objectif à long terme de Giannis pour le PSAPP est de conclure une nouvelle convention collective. « Notre convention actuelle est très ancienne, elle date de 2008. J'aimerais avoir une nouvelle convention qui garantisse tous les droits des joueurs dans un document contraignant, afin que ceux-ci n'aient pas à s'inquiéter car tout est géré automatiquement. »