Sterkenburg En Romeijn

Racisme et sensibilité culturelle dans le football

Prospective Prospective
31 mars 2022 - de Prof. dr. Jacco van Sterkenburg et Nick Romeijn
Sterkenburg En Romeijn
Le football est aujourd'hui l'un des environnements de travail les plus multiculturels. Des joueurs de différentes origines raciales et ethniques viennent de toutes les régions du monde. Mais si le football a certainement le pouvoir de rassembler les gens, dans le cadre d'une communauté inclusive, les recherches montrent qu'il peut également creuser les inégalités sociales existantes, qui sont ancrées dans le racisme et la discrimination.

placeholder profile picture
À propos

Prof. dr. Jacco van Sterkenburg et Nick Romeijn

Jacco van Sterkenburg est professeur titulaire de la chaire « Race, inclusion et communication, notamment en ce qui concerne le football et les médias » à l'université Erasmus de Rotterdam, aux Pays-Bas. Sa chaire est soutenue par les principaux partenaires internationaux du football, la Fare, l'UEFA et la FIFPRO. Il a publié de nombreux articles sur la "race", l'ethnicité, le racisme et d'autres formes de discrimination dans le football, avec un accent particulier sur le football médiatisé, l'entraînement et le leadership dans le football. Nick Romeijn travaille pour diverses organisations sportives, notamment dans le domaine du football. Il est également un candidat externe au doctorat à l'Université Erasmus de Rotterdam, travaillant sur la recherche sur l'expatriation du football. En 2021, il a reçu une bourse de la FIFA sur ce sujet.

Le racisme dans le football peut être explicite - les chants injurieux que l'on entend dans un stade - mais il prend aussi des formes invisibles. Ce racisme caché est souvent lié à de vieux stéréotypes et préjugés sur les attributs physiques des joueurs. De nombreuses études, principalement menées au Royaume-Uni et aux États-Unis, montrent que les footballeurs noirs sont principalement associés à la force et à la vitesse naturelles, tandis que les joueurs blancs sont plus souvent considérés comme des « penseurs » et des « leaders » dans le jeu. Ces stéréotypes peuvent finalement déterminer la place des footballeurs sur le terrain - c'est ce qu'on appelle le « stacking » - les joueurs blancs occupant des positions centrales et étant capitaines, tandis que les joueurs noirs se retrouvent en marge.

Les joueurs d'origine asiatique reçoivent peu d'attention dans ce domaine, alors qu'ils sont eux aussi victimes de racisme et de discrimination. Des études montrent que les chasseurs de talents, les supporters et le grand public les considèrent souvent comme physiquement faibles. Certains affirment que ce type de racisme implicite a marginalisé les joueurs asiatiques britanniques dans le système de recrutement : ils sont souvent considérés comme n'ayant pas les qualités requises pour les postes de joueurs et de dirigeants.

Récemment, nous avons interrogé des joueurs sur leur expérience de travail à l'étranger. Un certain nombre de joueurs asiatiques ont confirmé qu'ils étaient perturbés par les stéréotypes liés à leur origine ethnique ; ce type de préjugés peut compromettre leur carrière. Un joueur asiatique a déclaré que le silence faisait partie intégrante de son éducation culturelle, alors que le pays dans lequel il jouait le considérait comme un signe de passivité et de faiblesse. Le football canalise clairement ces stéréotypes inconscients, et les joueurs les absorbent. Que pouvons-nous faire pour y mettre fin ?

Certains universitaires pensent que l'éducation a le pouvoir de déstabiliser les stéréotypes culturels et d'aider les gens à voir comment les préjugés produisent le langage de la race. En améliorant la sensibilité et la conscience culturelles dans le football, nous pouvons commencer à le rendre plus inclusif. Les clubs et les joueurs partagent cette responsabilité ; tous deux tireront profit de l'apprentissage des sensibilités culturelles et des stéréotypes raciaux. Sinon, ils resteront complices du maintien des préjugés raciaux et continueront à faire des faux pas culturels.

Nous avons récemment publié un livret qui aide les syndicats de joueurs à comprendre et à gérer la sensibilité culturelle au sein de leur propre organisation et parmi les joueurs. Nous expliquons comment les joueurs doivent devenir plus conscients des nuances culturelles et des tendances sociétales qui façonnent le lieu de travail - et il en va de même pour les clubs. Les clubs doivent non seulement éduquer les joueurs à la culture du pays hôte, mais aussi faire preuve de curiosité à l'égard des normes et valeurs culturelles de tous leurs joueurs ; cela permet de comprendre les stéréotypes auxquels les joueurs sont confrontés.

Notre livret fournit aux clubs et aux syndicats de joueurs des recommandations claires sur la manière dont ils peuvent aider les joueurs à s'adapter à de nouvelles cultures ; comment ils peuvent contribuer à faire tomber les barrières raciales dans le football ; et surtout, comment ils peuvent créer un lieu de travail où chacun est sensible à ses propres différences culturelles et à celles des autres - et où nous nous libérons tous des vieux stéréotypes.

"La "boîte à outils de la compétence interculturelle (livret) - Jouer avec les cultures" est actuellement disponible pour les syndicats de joueurs nationaux sur la plateforme des membres de la FIFPRO et sera lancée plus largement dans les mois à venir."

Vous pouvez télécharger le livret en cliquant sur l'image. (Disponible uniquement en anglais).

Playing With Cultures
Ce livret vous donnera une compréhension générale du sujet de l'ajustement culturel et des aspects connexes pour soutenir les joueurs étrangers qui s'adaptent à leur nouvel environnement.