Max Noble

Les Jeunes Joueurs Sont Vulnérables ; Ils Ont Besoin De Notre Soutien

Prospective Prospective
5 mai 2022 - de Max Noble
Max Noble

Quand un club de football met à disposition ses jeunes joueurs, il éteint la lumière sur un rêve d'enfant. Sur le terrain d'entraînement, la vie continue, de nouvelles recrues arrivent, et tout le monde se prépare pour le prochain match. Pour les jeunes qui ont sacrifié des années d'études pour avoir une chance de réussir, tout un monde disparaît en une seconde. Membres d'une équipe hier, ils se retrouvent seuls et oubliés aujourd'hui. Ils ont encore la vie devant eux, mais ce dont ils ont le plus besoin – des conseils pratiques et un soutien émotionnel pour les aider à trouver leurs marques – c'est exactement ce qui leur manque.

J'avais dix-neuf ans quand une blessure a mis fin à ma carrière. Il m'a fallu du temps pour comprendre à quel point j'étais jeune. Jusqu'à mes 20 ans, j'ai lutté contre la solitude et le désespoir qui hantent tant de jeunes. Comme eux, j'ai parfois eu l'impression de ne pas pouvoir continuer. Mais je suis l'un des plus chanceux. Grâce à un stage, puis à un emploi sûr et épanouissant, j'ai réussi à me construire une nouvelle vie. C'est alors que j'ai commencé à m'intéresser de plus près au sport que j'avais aimé et perdu, et à réfléchir à ce que nous pourrions faire de mieux. En 2018, j'ai lancé Certified Sports avec une mission simple : défendre les oubliés et donner une voix aux sous-estimés.

Aujourd'hui, dans mon pays (l'Angleterre), environ 1,5 million de jeunes jouent au football au sein d'une organisation. Au plus haut niveau professionnel, 98 % des joueurs encore en activité et qui ont entre 18 et 21 ans seront mis prématurément à disposition par leur club. Mais la situation est la même, voire pire, dans de nombreux autres marchés. La plupart n'ont ni les qualifications ni les compétences pour prendre un nouveau départ. Qu'arrive-t-il à ces jeunes, et quelle est la responsabilité collective de l'industrie du football pour les aider ? Savons-nous seulement quelles sont les normes de sécurité en vigueur sur les marchés et quels sont les systèmes académiques en Europe ou ailleurs ?

“Les jeunes joueurs ont surtout besoin de deux choses : de conseils pratiques et d'un soutien émotionnel”

— de Max Noble

La bonne nouvelle, c'est que nous ne partons pas de rien : certains acteurs de l'industrie ont compris que les jeunes footballeurs devaient être protégés contre les brimades, le harcèlement et les abus sexuels. Lorsque la FA a introduit le Plan de performance des joueurs d'élite il y a plus de dix ans, elle a demandé aux meilleurs clubs de prendre en charge le bien-être et le développement social des jeunes joueurs. Elle a créé le rôle de « responsable de la sauvegarde », qui supervise la santé mentale et le bien-être des joueurs de l'académie. La PFA a également lancé un Service consultatif pour les jeunes afin d'aider les joueurs et leurs familles à résoudre les nombreuses questions qui se posent dans le milieu académique.

Ces premiers pas étaient les bienvenus, mais ils ont permis de contourner la question la plus difficile : comment l'industrie peut-elle préparer les jeunes joueurs à une vie après le football et leur apporter le soutien émotionnel dont ils ont besoin ? J'ai tiré les enseignements de ma propre expérience pour définir une nouvelle approche. Elle se concentre sur trois priorités : un lieu de travail plus sûr, un système de suivi adéquat et des conditions de travail plus équitables au quotidien.

La sécurité commence par un lieu où l'on puisse parler. Dans un monde de concurrence acharnée, où chacun se bat pour son maillot, vers qui les jeunes joueurs peuvent-ils se tourner ? Lorsqu'ils sont inquiets et anxieux, comment peuvent-ils se confier à un personnel d'encadrement focalisé sur la réussite ? La vérité est que les clubs ne peuvent pas se contrôler eux-mêmes. Les joueurs ont besoin d'un soutien indépendant, de la part de professionnels formés dont le travail consiste à les protéger contre les préjudices, tant physiques que psychologiques. S'ils disposent du temps et de l'espace nécessaires, ces professionnels peuvent commencer à changer une culture, en permettant aux jeunes de partager plus facilement leurs problèmes et de demander conseil.

Vient ensuite la question cruciale du suivi : comment aider les joueurs à se défaire de la seule vie qu'ils ont connue et à prendre un nouveau départ ? Les suicides de Joel Darlington, Josh Lyons et Jeremy Wisten nous montrent que nous devons faire mieux, et vite. Les jeunes joueurs ont surtout besoin de deux choses : de conseils pratiques et d'un soutien émotionnel. Là encore, l'aide d'un professionnel peut faire la différence. Des conseillers d'orientation professionnelle expérimentés devraient guider les jeunes joueurs, leur présenter les options qui s'offrent à eux en matière d'éducation, de formation et d'emploi, et les encourager à faire leurs premiers pas. D'autres secteurs de la société le font très bien. Regardez les forces armées du Royaume-Uni ! Et le football a beaucoup à apprendre.

Le soutien émotionnel est vital. Des agents de protection entièrement formés, indépendants des clubs, doivent guider les joueurs tout au long de la procédure de mise à disposition, en les aidant à comprendre leurs droits. Les joueurs et leurs parents devraient avoir le temps, avec un préavis d'au moins trois mois, afin de se préparer au moment de la mise à disposition. Un plan de travail qui prépare chaque jeune à un nouveau monde doit faire appel à d'anciens joueurs et à leur expérience.

« L'USINE À RÊVES » - L'EXPLOITATION, AINSI QUE LA MANIPULATION ET L'ABUS PSYCHOLOGIQUES DES ENFANTS DANS LES ACADÉMIES DE FOOTBALL DOIVENT CESSER. - Certified Sports PUBLIE CE FILM COMME PREUVE D'UN SYSTÈME DÉFAILLANT :

Enfin, les jeunes joueurs doivent trouver de la dignité dans leurs conditions de travail de base. S'ils quittent le foyer familial tôt, ils ont besoin d'un logement qui respecte les différences culturelles et leur donne un sentiment de sécurité. Ils méritent un salaire équitable, tout comme leurs pairs qui commencent un stage dans d'autres métiers. Et ils doivent jouir des mêmes droits que leurs homologues plus âgés, y compris la liberté de passer à un nouveau club sans obstacles injustes.

Je ne me fais pas d'illusions. Ces problèmes trouvent leur origine dans une culture hypercompétitive, axée sur le succès, où la discipline est valorisée et où exprimer des doutes est une preuve de faiblesse. C'est pourquoi nous avons besoin d'un véritable changement : dans nos priorités, notre culture et les institutions auxquelles nous déléguons le pouvoir. En 2022, les jeunes footballeurs ne devraient pas dépendre de la bonne volonté de quelques clubs éclairés. Le changement doit venir d'en haut, et les instances de l'industrie du football doivent prendre les devants. Elles disposent des ressources nécessaires pour favoriser le bien-être de tous les joueurs et les aider à faire face au jour le plus difficile d'une brève carrière, celui où le rêve prend fin et où une nouvelle vie doit être bâtie.

Max Noble 1
À propos

Max Noble

Max Noble est un ancien footballeur d'académie qui a joué à la fois pour le Fulham FC et au niveau international pour les jeunes du Pays de Galles. Sa carrière s'est terminée prématurément en raison d'une double opération du genou, ce qui a entraîné sa mise à disposition par son club. Sans qualifications académiques et avec peu d'aide de son ancien club de football, Max s'est retrouvé au chômage jusqu'à ce qu'il finisse par décrocher un stage chez Burberry, une marque de mode renommée. Une fois dans cette entreprise, il est passé du statut de stagiaire à celui de titulaire en travaillant au sein de l'équipe de création et de développement. C'est là qu'est née sa nouvelle passion pour les vêtements et son rêve de créer un jour sa propre marque. En 2018, il a créé Certified Sports - max veut défendre les oubliés et devenir la voix des sous-estimés. La marque fait don d'un pourcentage de chaque vente pour soutenir psychologiquement les jeunes anciens athlètes à se préparer à la vie après le sport, tout en incitant les organisations à faire plus pour les personnes qu'elles représentent.