Tete Imago 2500 PWM Press Release

Les footballeurs sont confrontés à une surcharge de matches pendant la pandémie

6 mai 2021
Au cours de cette pandémie de COVID-19, les footballeurs professionnels sont face à un emploi du temps de plus en plus chargé.

Certains jouant jusqu'à 82% de leurs matches avec moins de cinq jours de repos recommandés. C'est ce que révèle une étude menée par FIFPRO et KPMG Football Benchmark.

L’étude « Player workload & recovery during the emergency calendar » apporte une analyse scientifique de mi-saison sur la charge de travail des joueurs et la programmation des matches. Le rapport porte sur un groupe représentatif de 265 footballeurs issus de 43 ligues nationales de six confédérations. Il inclut les matches en clubs et en équipes nationales.

Les données de l’étude proviennent de la plateforme FIFPRO Player Workload Monitoring PWM – la plateforme numérique ouverte fournit des données détaillées sur le temps de jeu, les déplacements et les périodes de récupération d'un échantillon représentatif de footballeurs.

L’étude révèle que sur la période « d'urgence » réaménagée entre le 1er mai 2020 et le 31 janvier 2021, les joueurs qui participent principalement à des compétitions nationales ont vu leur nombre moyen d'apparitions avec moins de cinq jours de récupération passer à 42%, soit une hausse de 10,7% par rapport à la période précédant la pandémie.

Pour ceux qui participent régulièrement à des compétitions internationales, le nombre de matches dans cette zone critique, dans laquelle les blessures sont plus fréquentes (*), a augmenté de près de deux pour cent pour atteindre 52 pour cent.

Augmentation du nombre de matches consécutifs dans la zone critique

Le gardien de but de l'Inter Milan, Samir Handanovic, n'a fait qu'18 % de ses matches avec au moins cinq jours de récupération, selon le rapport. Francesco Acerbi (joueur du Lazio) et Harry Maguire (du Manchester United) ont respectivement joué 80 % et 73 % de leurs matches dans cette même zone critique.

Franck Kessié de l'AC Milan, Paul Pogba de Manchester United et Harry Kane de Tottenham Hotspur figurent parmi les joueurs qui ont eu la charge de travail la plus intense, avec un temps de repos moyen d'à peine quatre jours.

En Afrique, Ali Maâloul (Al-Ahly, Égypte) a joué 64 % de ses matches avec moins de cinq jours de récupération. En Amérique, Johan Venegas (Deportivo Saprissa, Costa Rica) et Germán Cano (Vasco da Gama, Brésil) ont fait 62 % de leurs matches dans cette zone propice aux blessures. En Asie, pour Tomoaki Makino (Urawa Red Diamonds, Japon), ce chiffre représentait 53 % des matches.

Disparition des pauses intersaison et du réentraînement

Les calendriers de plus en plus serrés entre les compétitions mettent les joueurs sous pression. 23 % des joueurs ont eu moins de deux semaines d'intervalle entre les saisons. Niklas Süle (Bayern Munich) et Kylian Mbappé (Paris Saint-Germain) ont eu respectivement 11 et 13 jours entre la finale de la Ligue des Champions de l'UEFA et la nouvelle série de matches de la Ligue des nations de l'UEFA. Les joueurs d'Al-Ahly en Égypte ont eu huit jours entre la finale de la Ligue des champions de l'AFC et le début de leur saison nationale.

Ainsi, en raison des changements exceptionnels intervenus dans les formats de compétition et du chevauchement des calendriers, la structure actuelle crée un cycle continu de rencontres qui prive les joueurs du repos et de la récupération suffisants jusqu'à la Coupe du monde de la FIFA 2022.

“Ce rapport est un nouvel avertissement sévère selon lequel la santé des joueurs est mise en danger par la densité des calendriers de matches”

— de Jonas Baer-Hoffmann, Secrétaire général de la FIFPRO

Jonas Baer-Hoffmann, Secrétaire général de la FIFPRO a déclaré : « Ce rapport est un nouvel avertissement sévère selon lequel la santé des joueurs est mise en danger par la densité des calendriers de matches. La fréquence des matches consécutifs sans temps de récupération approprié était déjà un problème avant la pandémie. Pendant la période d'urgence liée à la Covid-19, ce problème s'est étendu et intensifié au niveau du football masculin. Outre l'absence d'interruption entre les saisons en raison du chevauchement des calendriers des matches, cette situation est très préoccupante pour la période extraordinaire à venir, y compris à l'horizon de la Coupe du monde d'hiver de 2022.

« Il faut agir maintenant. Attendre de régler ce problème dans le cadre du calendrier international des matches de l'après-2024, lorsque les intérêts de tous les organisateurs de compétitions entreront en collision, n'est pas suffisant. Nous avons besoin de mesures immédiates pour protéger les joueurs grâce à des pauses minimales garanties pendant l'intersaison, des périodes de repos minimales prolongées entre les matches, des règles de remplacement, et d'autres mesures. Ensuite, nous devons entamer une révision radicale du calendrier à partir de 2024 qui fasse de la protection de la santé et de la qualité de la performance une priorité absolue ».

La FIFPRO a formulé une série de recommandations sur les mesures à prendre pour protéger la santé et les performances des joueurs dans le rapport « À la limite » en 2019

*Muscle injury rate in professional football is higher in matches played within five days since the previous match: a 14-year prospective study with more than 130,000 match observations (Hakan Bengtsson, Jan Ekstrand, Markus Walden, Martin Hagglund at Linkoping University, 2017.)

“Il faut agir maintenant. Attendre de régler ce problème dans le cadre du calendrier international des matches de l'après-2024, lorsque les intérêts de tous les organisateurs de compétitions entreront en collision, n'est pas suffisant”

— de Jonas Baer-Hoffmann, Secrétaire général de la FIFPRO

Vous voulez en savoir plus ?

PLAYER WORKLOAD MONITORING (PWM)