Diane Caldwell 1 2500 Ima

Diane Caldwell : en Irlande, les jeunes filles bénéficieront de l'accord sur l'égalité salariale

17 septembre 2021
  • La fédération irlandaise de football a récemment accepté l'égalité des frais de match pour les équipes nationales masculine et féminine.
  • La vice-capitaine Diane Caldwell estime que cet accord a changé la vie de nombreuses joueuses.
  • La défenseuse de 33 ans se souvient du combat qui a abouti à ce moment historique.

Il y a quatre ans, les joueuses de l'équipe nationale féminine d'Irlande faisaient part de leur émotion à l'occasion d'une conférence de presse spéciale. Elles estimaient que la fédération irlandaise de football (FAI) les traitait comme des « citoyens de cinquième classe » en refusant jusqu’alors de leur verser une rémunération pour le temps qu'elles passaient avec l'équipe nationale. Les joueuses n'avaient même pas de survêtement de voyage et devaient pratiquement quémander une indemnité de match de 300 euros, qu'elles ont finalement touchée après avoir fait part de leurs doléances.

Mais les temps changent en Irlande. À partir du match international amical de la semaine prochaine contre l'Australie, l'équipe féminine recevra les mêmes indemnités de match que l'équipe masculine.

« C'est une avancée considérable par rapport aux 300 euros de frais de match que nous avions », déclare Diane Caldwell à la FIFPRO.

« Cet accord change la vie de tout le monde ».

Plusieurs joueuses de l'équipe évoluent dans la Women's National League d'Irlande, non professionnelle. « Toutes ces filles seraient soit en train d’étudier, soit en train de travailler », affirme Caldwell, qui se produit pour North Carolina Courage dans la NWSL américaine.

Diane Caldwell ANP 1100

« La possibilité existe désormais de faire une carrière durable dans le football. Espérons que cela mettra fin à la nécessité de cumuler deux emplois pour certaines joueuses.
Et c'est dans l'ensemble un formidable pas en avant pour le football féminin dans le monde entier ».

L'accord prévoit également que les hommes et les femmes reçoivent le même pourcentage de la prime que la FAI recevrait de la FIFA ou de l'UEFA si leur équipe se qualifiait pour un tournoi majeur.

L'accord a été conclu avec l'aide de l'équipe nationale masculine, qui a accepté de réduire ses propres frais de match. La FAI s'est alignée sur cette réduction et l'a ajoutée aux frais de match des femmes.

« Le soutien des hommes a été énorme pour nous. Il a permis de lancer le mouvement », souligne Caldwell. « Nous avons parlé avec leur capitaine, Seamus Coleman, qui s'est adressé à l'équipe masculine pour défendre cette idée. Le reste de l'équipe masculine a suivi le mouvement.

Espérons que cela inspirera d'autres nations pour montrer ce que l'on peut accomplir ensemble. »

Irish Women 2017 1100
L'equipe nationale irlandaise féminine de 2017

Il faut toutefois reconnaître la longue lutte menée par l'équipe féminine et la Professional Footballers Association of Ireland (PFAI). Pendant des années, les joueuses ont été ignorées par l'ancienne direction de la FAI.

« Nous étions face à un mur », raconte Caldwell. « La position adoptée en 2017 a servi de catalyseur. En tant qu'équipe, nous nous sommes courageusement levées, rassemblées et nous avons formulé nos griefs : manque de soutien, manque de rémunération, manque d'équipement adéquat, en gros tout ce que l'on attend normalement d'une équipe nationale. Nous avons menacé de nous mettre en grève s'ils n'étaient pas prêts à discuter avec nous et à trouver une solution.

Tous ces résultats auraient été impossibles à obtenir sans cette prise de position, sans le rôle de ces anciennes joueuses, sans la direction actuelle, et sans la PFAI et la FIFPRO.

Je suis fière d'en avoir fait partie, mais cette prise de position a été vraiment, vraiment difficile. Ce que nous avons réalisé en 2017 était si éprouvant et dur mentalement. Cela a fait des ravages sur toutes les personnes qui ont été impliquées dans ce processus. Nous en sommes ressorties épuisées. Tout semble maintenant beaucoup plus facile, on prend la parole pour nous, on se bat pour nous, on nous défend. »

Diane Caldwell 3 1100 Ima

Caldwell attribue le mérite à la nouvelle direction de la FAI, qui a également annoncé la semaine dernière un accord de sponsoring avec Sky Ireland, le tout premier sponsor principal de l'équipe féminine.

« Quand j'ai appris que c'était Sky, c'était énorme. Sky est la première chaîne sportive d'Irlande, elle diffuse tous les matches premium. Ils ne diffusent pas encore nos matches, mais cela viendra probablement avec le temps. Vous vous rendez compte ? Ce n’est pas rien, ils ont approuvé cet accord sans avoir les droits de diffusion de nos matches. »

Caldwell, qui a fait ses débuts en Irlande à l'âge de 17 ans en 2006, attend avec impatience le match à domicile de la semaine prochaine contre l'Australie. « Cette fois, nous y allons après avoir obtenu l'égalité des salaires et pour la première fois, nous sentons que nous avons le soutien total de la FAI derrière nous. Pour la première fois, nous nous sentons unies. C'était le slogan de l'association cette année, #WeAreOne, mais pour la première fois, c’est vraiment le cas.

La FAI montre qu'elle se transforme et devient une association progressiste. Nous avons maintenant une excellente relation de travail avec le nouveau PDG, Jonathan Hill, qui reconnaît que nous sommes une source d'inspiration pour les jeunes filles.

Pour l'instant, nous devons juste nous concentrer sur la participation à un tournoi majeur, nous concentrer sur nos performances. C'est un de mes objectifs personnels de me qualifier pour un tournoi. Ce serait incroyable d'aller à une Coupe du monde ou à l'Euro.

Mais les plus grandes gagnantes de cet accord, ce sont les futures jeunes filles d'Irlande. Elles ont maintenant les mêmes chances et la même possibilité de réaliser leurs rêves de football. »