Maria Ioannou 5 2500

Maria Ioannou : le joueur de l'équipe nationale travaillant comme infirmière Covid-19

5 août 2021
  • À la fois footballeuse internationale et infirmière, la chypriote Maria Ioannou a été spécialement formée pour intervenir dans la lutte contre le coronavirus dans son pays, tout en continuant à jouer au football.
  • La joueuse de l'Apollon Ladies FC a elle-même contracté la COVID-19.
  • Elle a souffert du Covid long, mais aime toujours autant son travail à l'hôpital.

« Honnêtement, à la fin de mes études secondaires, j'étais beaucoup plus attirée par le foot que par mes études. Il y a dix ans, il n'y avait pas beaucoup d'opportunités pour les femmes chypriotes qui envisageaient de faire carrière dans le football et je ne voulais pas partir à l'étranger - j'ai donc dû m'orienter autrement pour subvenir à mes besoins pendant que je jouais.

J'ai toujours été attirée par le métier d'infirmière, je voulais mieux connaître le corps, la nature physique du travail, et je m'y suis vraiment appliquée. L'équipe nationale m'a aidée à obtenir une place à l'Institut de technologie de Chypre, où j'ai réussi à passer tous mes examens avec de bonnes notes. La PASP (Association des joueurs chypriotes) a même obtenu une réduction pour mon inscription à l'Université Frederick - elle a pris en charge une partie de mes frais, ce qui m'a énormément aidée pour la suite de ma carrière.

J'ai commencé à travailler comme infirmière en soins spéciaux dans le secteur privé, mais lorsque la pandémie a frappé, le gouvernement a dû former 300 infirmières pour qu'elles puissent intervenir dans les services dédiés à la COVID-19. Je suis en poste à l'hôpital de Nicosie depuis neuf mois maintenant, et bien que ce ne soit pas toujours facile, j'adore mon travail - et je suis très heureuse d'avoir pu enrichir ainsi mes compétences.

Maria Ioannou 4 1100

Je pense qu'avec le lancement du vaccin, les esprits se sont calmés face à la pandémie, et peut-être que je ferais de même si j'étais dans une autre situation. Mais en tant qu'infirmière, je sais que la situation à Chypre est bien pire qu'au début de l'année, et que le nombre de patients augmente tous les jours - nous n'avons tout simplement pas assez de lits pour tous les accueillir.

Je fais appel à mes connaissances pour faire tout ce qui est en mon pouvoir, mais une situation d'urgence peut évoluer à une vitesse effarante ; en cinq à dix minutes, tout peut basculer, vous avez la vie d'un être humain est entre vos mains et vous devez mettre toute votre formation en pratique pour vous assurer qu'il est intubé en toute sécurité et qu'il peut respirer.

“Je suis aussi bien infirmière que joueuse, les deux font partie intégrante de mon identité personnelle ”

Hélas, il y aura toujours des situations où on ne peut rien faire. Voir mourir une personne dont vous vous occupez, c'est dur, mais il ne faut pas se laisser abattre - tant d'autres personnes dépendent de vous ! Parfois, j'y pense en termes plus personnels, comme si ce patient était ma propre mère ou grand-mère et, plutôt que d’être bouleversée, ceci me donne la force émotionnelle d'être là pour mes patients, de faire tout mon possible pour les sauver et d'être là pour eux dans les moments les plus difficiles comme s'ils étaient ma propre famille.

Ces moments, aussi difficiles soient-ils, font également ressortir la meilleure partie de mon travail. Le simple fait de sentir que le patient apprécie ce que vous faites pour lui - que ce soit aussi simple que d'aller lui chercher de l'eau, ou aussi grave que de lui faire subir une intubation d'urgence. Lorsqu'ils me remercient pour mon travail et mes efforts, je suis tellement heureuse, car je sais que je fais vraiment la différence pour eux.

Maria Ioannou 3 1100

J'ai moi-même été contaminée par la COVID fin 2020, avant que toutes les infirmières ne soient vaccinées, et même en tant que jeune athlète en pleine forme, j'ai vraiment ressenti les effets du virus. J'ai été physiquement malade pendant les fêtes de fin d'année et, même une fois le virus passé, quand j'ai repris le travail et l'entraînement, je n'étais plus moi-même. Je me fatiguais très facilement et je ne pouvais pas jouer pendant 90 minutes, mes poumons étaient lourds dès que je faisais un effort et je ne pouvais pas respirer aussi profondément qu'avant l'infection.

Heureusement, je me sens maintenant en bien meilleure santé et plus apte, mais il m'a fallu quatre bons mois pour en arriver là où j'en suis aujourd'hui, et en fin de compte, nous n'avons aucune idée des effets à long terme du coronavirus pourrait avoir sur notre corps.

J'ai beaucoup appris, non seulement dans le cadre de ma formation spécialisée, mais aussi pendant mon séjour dans le service, où je pense m'être plus perfectionnée en tant qu'infirmière que dans une salle de classe. Il y a dix ans, si vous m'aviez dit que je pouvais devenir footballeuse professionnelle sans avoir à réfléchir à une autre carrière, je n'aurais pas hésité une seconde. Mais maintenant, avec l'expérience que j'ai acquise, jamais je ne pourrais abandonner cette partie de ma vie.

J'aime le football, et je l'ai toujours aimé. Cette saison, je m'entraîne plus dur que jamais pour participer à la Ligue des champions féminine de l'UEFA avec l'Apollon Ladies FC - l'équipe que j'ai toujours défendue, et c'est un immense honneur pour moi que de représenter Chypre en tant que joueuse de l'équipe nationale. Reste que je ne suis plus seulement une footballeuse, c'est définitivement impossible de revenir en arrière. Je suis aussi bien infirmière que joueuse et, même si je dois travailler dur pour équilibrer les deux, les deux font partie intégrante de mon identité personnelle. »