Quinn 2500 28

Quinn : « Nous avons besoin de stratégies pour éviter la discrimination des athlètes transgenres »

2 décembre 2021
  • Quinn, qui préfère qu'on le considère comme ayant une personnalité plurielle, a fait son coming out en tant que transgenre il y a plus d'un an.
  • Elle jouait pour OL Reign dans la NWSL et pour l'équipe nationale féminine canadienne.
  • C’est là qu’elle a pris conscience des difficultés rencontrées par les joueuses transgenres au football.

Quinn a fait son coming out en tant que transgenre il y a plus d'un an. Jusque-là, elle était identifiée comme femme. « Avant de faire mon coming out en tant que trans, j'ai toujours eu cette peur que personne ne me soutienne », a raconté Quinn à FIFPRO.

« C'était ce qui m'inquiétait le plus. Que ma famille ne soit pas là pour me soutenir, que mes amis ne m'acceptent pas, et que la communauté du football ne m'accepte pas et m’exclue. »

Ce contenu a été caché parce que les cookies n'ont pas été acceptés. Cliquez ici de reconsidérer.

C'est le contraire qui s'est produit. Quinn a vécu son coming out comme « vraiment positif ». « Il y a un réseau de soutien autour de moi et dans la communauté du football dont je ne connaissais pas l'existence avant de faire mon coming out. Ça a été incroyable. »

« Ça a été formidable de réaliser que j'avais tant d'amis dans mon équipe qui allaient continuer à me traiter comme je suis, moi, Quinn, et de voir tant de soutien de la part des supporters et des personnes dans l'environnement de mon équipe comme les administrateurs ou les entraîneurs. »

Malgré cette expérience positive de son coming-out, Quinn est très préoccupé par les possibilités offertes aux autres joueurs transgenres.

« Il m'est arrivé en disputant un match d'avoir été physiquement poussé hors du terrain sans pouvoir revenir à la mi-temps, et d'avoir à demander l'intervention d'un entraîneur ou d'un coéquipier. »

« C'est un message pénible qui nous est adressé, à moi et aux autres trans : tu n'es pas autorisé à pénétrer dans cet espace ! C'est vraiment blessant. »

Quinn 1100 1

Quinn pense que des témoignages comme le leur sont importants pour sensibiliser à la question et éviter que les transgenres ne soient marginalisés. « Il s'agit de sensibiliser la communauté sportive à la façon dont nous pouvons créer des environnements plus inclusifs. Ce peut être du point de vue d'un manager d'équipe sur la façon de rendre un vestiaire et d'autres espaces plus inclusifs. Ou encore d'éduquer les joueurs sur la façon dont leur langage peut changer ou sur la façon dont ils traitent leurs coéquipiers transgenres. Ce sont des facteurs importants pour rendre les espaces du football beaucoup plus inclusifs. »

« Rien de plus important pour le sport que d'avoir confiance en soi sur le terrain. C'était vraiment dur pour moi d'avoir confiance en ma propre identité alors que je savais que les autres membres de mon équipe ne m'acceptaient pas. C'est vraiment difficile d'être dans un environnement aussi émotionnel, d'aider ses coéquipiers, d'aller vers un objectif commun quand certains ne valident pas votre identité. »

Quinn raconte comment ses coéquipiers nationaux ont adapté leur comportement pour qu'il se sente plus en sécurité et à l'aise. « Rien qu’un exemple : ils m'ont apporté une autre tenue, masculine, sans en faire tout un plat. Ces petits changements, comme le fait d'arriver à l'entraînement dans ma tenue, dans laquelle je me sens vraiment bien, ont eu un impact énorme sur ma façon de jouer. Je pense que j'ai très bien joué ces derniers temps et le fait de me sentir à l'aise et bien dans ma peau y a contribué. »

« Je ne pense pas qu'il y ait une raison d'avoir des tenues aussi sexuées. Je sais que certains ne s'identifient pas comme trans mais seraient plus à l'aise dans une autre tenue »

Quinn 1100 23

L'accès aux sports doit être sécurisé, car Quinn a remarqué les difficultés des joueurs transgenres à accéder au monde du football. « En ce moment, aux États-Unis, on n'a jamais vu autant de lois tentant d'interdire aux jeunes transgenres de pratiquer un sport. Nous avons des enfants qui abandonnent l'épreuve sportive de leur quatrième année parce qu'ils sont exclus par le gouvernement de l'État. L'impact que cela aura sur ces enfants trans qui ne pourront pas avoir accès aux mêmes opportunités que leurs amis, ou aux mêmes espaces, ou même apprendre les simples leçons et la joie que les sports ont à offrir, se paiera au prix fort.

Priver les enfants de ce plaisir aura un impact extrêmement préjudiciable. Cette privation nous coûtera des vies. »

Quinn appelle les autorités sportives à instaurer des politiques qui permettent aux athlètes transgenres de participer aux sports. « L'absence de réglementation pour savoir si un athlète transgenre peut participer, ou une réglementation au cas par cas laisse la voie libre à la discrimination. »

Quinn est très ému lorsqu'il évoque l'exclusion des enfants et des joueurs. Il faut parler, il faut sensibiliser, il faut ouvrir la voie aux autres.

« Je ne voyais pas d'athlètes professionnels trans couronnés de succès à la télévision ou sur les médias sociaux.

Une fois que j'ai réalisé que j'étais trans et que je souhaitais faire carrière dans le sport professionnel, je me suis dit que j’étais là pour montrer la voie.

Aujourd’hui, en tant qu'athlète professionnel transgenre, je me rends compte des obstacles. Je comprends maintenant pourquoi il n'y avait pas de modèles pour moi. Je veux changer les choses, pour que plus d'athlètes comme moi puissent devenir un modèle.

Je ne suis pas une aberration dans cette situation. Je peux être un protagoniste normal dans le sport. Rien de plus important pour moi. »