Bobby Barnes And Geremi 2500

« J'en ai assez d'être la seule personne noire dans une salle de conférence »

7 juillet 2020
Bobby Barnes, premier Noir à faire partie d'un panel disciplinaire de l'UEFA, affirme que le football professionnel vit une « période très importante » dans la lutte contre le racisme.

Dans les années 1980, Barnes a joué pour West Ham United et d'autres clubs. Il a souvent été victime d'abus raciaux, notamment de cris de singes et de peaux de bananes lancés contre lui.

Aujourd'hui président de FIFPRO Europe et directeur général adjoint de la PFA anglaise, il compte mettre son expérience au service du changement au sein du panel de l'UEFA.

« Dans les cas qui sont directement liés à la discrimination, il est important d'avoir sur place des personnes qui ont une expérience directe de cette discrimination », explique M. Barnes. « Il est également important qu'un organe ou une commission judiciaire représente sa circonscription ».

« J'ai été joueur, j'ai été administrateur, j'ai été moi-même victime d'abus racistes, je sais à quel point cela peut vous atteindre dans votre humanité. Je devrais pouvoir apporter une vision plus subjective des effets que les sanctions peuvent avoir sur les joueurs et les supporters ».

En 2018, l'UEFA a ordonné à la Bulgarie de jouer deux matches sans spectateurs et de payer une amende de 75 000 euros après que des supporters aient affiché de la violence raciale à l'encontre de joueurs de l'équipe nationale anglaise. La sanction a fait l'objet de nombreuses critiques, d'autant plus que le match était déjà joué dans un stade en partie fermé en raison de comportements racistes antérieurs.

« Cette fermeture partielle n'a pas eu d'effet dissuasif, elle n'a pas arrêté ceux qui voulaient continuer leurs abus racistes », indique M. Barnes. « L'une de mes premières questions sera donc d'examiner les lignes directrices relatives aux sanctions potentielles pour savoir si elles sont appropriées et adéquates, ou si nous devrions les ajuster ».

« Les clubs et les fédérations de football ont la responsabilité de fournir un environnement de travail sûr et exempt de discrimination. S'ils font tout ce qu'ils peuvent, l'attitude à leur égard sera plus compatissante. Mais s'ils auraient pu et dû faire davantage, il convient de faire en sorte que la sanction en tienne compte ».

Bobbybarnes Virgilvdijk 2 1100.
Bobby Barnes avec le capitaine du Liverpool, Virgil van Dijk, lors de la remise des prix de l'association anglaise

M. Barnes a déclaré avoir été impressionné par la façon dont les joueurs de toutes les couleurs se sont unis pour combattre le racisme après la mort de George Floyd dans le Minnesota.

« Les joueurs ont déclaré que cela ne pouvait pas continuer avec la prochaine génération », a rappelé M. Barnes. « Il est très fort que des joueurs de toutes les couleurs, et pas seulement des joueurs noirs, se soient réunis pour faire des déclarations, poser le genou à terre, condamner le racisme et le manque d'inclusion sociale ».

« Nous vivons une période très importante non seulement pour le football, mais aussi pour la société », a indiqué M. Barnes, membre du Comité directeur mondial de la FIFPRO. « C'est un mauvais signe que de constater que je parle du racisme dans le football depuis quarante ans et que nous en parlons encore aujourd'hui ».

« Nous devons prendre des mesures pour que, dans quelques années, les gens ne fassent plus le même constat ».

La FIFPRO et la PFA ont rencontré les joueurs pour discuter des mesures à prendre, a déclaré M. Barnes.

« Ils en ont assez de faire campagne, de mettre un t-shirt, et qu'après l'avoir enlevé, tout le monde l'oublie pendant une année de plus », se désole M. Barnes. « Les joueurs sont déterminés : ils veulent du concret. Ils veulent du changement ».

Ce changement doit aller au-delà du terrain, a-t-il ajouté.

« S'il n'y a pas de déficit de représentation sur le terrain, il y a un manque de managers, d'entraîneurs, de directeurs de football et d'administrateurs issus des minorités. Cette question doit être traitée dans le jeu ».

« Quand j'entre dans une salle de conférence, je suis fatigué d'être le seul visage noir de la pièce ».

Voulez-vous en savoir plus?

l’inclusion