Romania Ima 2500

Cinq raisons pour lesquelles le football roumain doit être réparé

15 septembre 2021
La FIFPRO est consternée par la situation de l'emploi des footballeurs professionnels en Roumanie et par le manque d'urgence dont fait preuve la fédération de football du pays (FRF) pour trouver des solutions adéquates face à cette situation inquiétante.

« Nous en avons assez des administrateurs du football en Roumanie qui montrent à chaque fois qu'ils ne se soucient tout simplement pas des joueurs », a déclaré le directeur juridique de la FIFPRO, Roy Vermeer.

La FIFPRO et le syndicat roumain des joueurs AFAN sont stupéfaits par le nombre choquant de problèmes de non-paiement, de résiliation de contrat et de procès équitable auxquels les joueurs sont confrontés.

La FIFPRO et l'AFAN ont introduit deux appels auprès du Tribunal arbitral du sport (TAS) pour contester l'état actuel des choses : « Et nous continuerons à faire appel des décisions de la fédération roumaine jusqu'à ce qu'elle propose des mesures efficaces qui permettent d'améliorer la situation actuelle ».

M. Vermeer a relevé cinq exemples qui illustrent l'état actuel de la situation en Roumanie :

  1. Ces huit derniers mois, le syndicat des joueurs AFAN a déposé le nombre effarant de 460 plaintes devant les organes de règlement des litiges. Les joueurs réclament dans ces cas soit des salaires impayés, soit la résiliation de leur contrat pour violations de ce dernier. La grande majorité de ces affaires est toujours en cours.
  2. Les joueurs roumains sont nettement moins bien traités que leurs collègues étrangers. Alors que les joueurs étrangers peuvent automatiquement résilier leur contrat de travail pour deux salaires impayés avec un préavis de 15 jours conformément au règlement de la FIFA, les joueurs roumains doivent demander à la chambre locale de résolution des litiges l'autorisation de résilier leur contrat. La résolution de cette demande peut prendre environ trois mois. Pendant toute cette période, le joueur est obligé de rester inscrit au club. Cela signifie qu'il n'est généralement pas payé pendant cinq mois avant qu'une décision ne soit prise. L'AFAN et la FIFPRO ont déposé une requête auprès du TAS pour contester ces règles abusives et attendent une décision motivée.
  3. Le Dinamo Bucarest – un club roumain sur lequel la FIFPRO a déjà fait un rapport – a fait l'objet d'une interdiction d'enregistrement de la FIFA en mars 2021 pour ne pas avoir payé un joueur étranger suite à une décision de la CRL de la FIFA. En juin, le club s'est déclaré en faillite (la deuxième depuis 2015), après quoi il a demandé à la FIFA de lever l'interdiction de transfert, ce qu'elle a fait. Une fois insolvable, le Dinamo a maintenant signé et enregistré de nouveaux joueurs tandis que la FIFA n'exécutera pas l'interdiction de transfert. Ceci permet au Dinamo de dépenser de l'argent pour de nouveaux joueurs alors qu'il n'a pas payé ses anciens.
  4. La fédération roumaine a autorisé deux clubs à transférer leur droit de participation (licence professionnelle) vers de nouvelles entités portant des noms similaires. Ces décisions ont été prises en violation des règles applicables et sont très préjudiciables aux joueurs des « anciennes » entités, qui ne percevront aucun paiement en suspens. La FIFPRO et l'AFAN contestent ces décisions devant le TAS
  5. En Roumanie, les jeunes joueurs sont tenus de signer leur premier contrat professionnel avec le club dans lequel ils sont enregistrés. S'ils ne le font pas, ils risquent une suspension pouvant aller jusqu'à deux ans. La FIFA a précédemment confirmé que ces règles étaient incompatibles avec le Règlement de la FIFA, mais aucun amendement n'a été initié.

« La Fédération roumaine de football est malheureusement l'un des nombreux exemples où l'objectif principal de la fédération semble être de limiter autant que possible les droits des joueurs. Dans tout autre secteur, une restriction des droits des employés nécessiterait une convention collective. Pourtant, dans le domaine du football, de nombreuses fédérations nationales prétendent jouir d’une autorité autoproclamée pour imposer des règles aux joueurs sans tenir compte des droits, des besoins et des préoccupations de ceux-ci et sans aucune forme de négociation ou d'adhésion aux principes démocratiques. »

« Les joueurs ne sont même pas considérés comme des membres de la fédération, ce qui amène à se demander sur quelle base les fédérations nationales estiment avoir la légitimité d'imposer des restrictions au travail », a déclaré M. Vermeer.

Romania 2Ima 1100