Igor Strelkov ANP 2500

Grâce à Igor Strelkov, l'entraînement isolé est devenu illégal en Russie

2 mars 2020
Igor Strelkov s'est opposé à la pratique de l'entraînement isolé. Il s'est opposé à l'ordre de son club de s'entraîner quotidiennement dans le froid de l'hiver russe alors que le reste de l'équipe se trouvait dans un camp d'entraînement en Turquie et en Espagne. Strelkov a gagné son procès et la Fédération de football russe a décrété l'entraînement isolé illégal.

Comment cela s'est-il passé ?

Strelkov avait signé un contrat de trois ans avec le FC Krylia Sovetov en mars 2010. Le 22 janvier 2011, le club et le joueur ont convenu qu'il pouvait quitter le camp d'entraînement pour trouver un autre club. Mais Strelkov n'a pas pu trouver de nouveau club avant la clôture du marché international de transferts le 31 janvier.

Le FC Krylia a alors ordonné à Strelkov de s'entraîner quotidiennement conformément à un programme individuel, qui consistait à s'entraîner au moins trois heures dans le froid de l'hiver russe. Ses coéquipiers, eux, se trouvaient dans des camps d'entraînement en Turquie et en Espagne.

Strelkov a refusé. Il a exigé de pouvoir s'entraîner avec son équipe. Son refus a provoqué un conflit plus important avec le club, qui n'a pas inscrit l'attaquant à un championnat imminent.

Après une bataille juridique en Russie, les deux parties se sont retrouvées devant le tribunal arbitral du sport, le TAS. Strelkov était soutenu par le syndicat des joueurs russes et la FIFPRO.

 

Décision

Le TAS a décrété en février 2012 que Strelkov ne pouvait pas être forcé de s'entraîner séparément, affirmant que c'est un droit fondamental des joueurs de s'entraîner avec l'équipe.

Le FC Krylia a dû verser à Strelkov une indemnisation pour rupture illégale de contrat et pour arriérés, car le club avait refusé de le payer alors qu'il était malade.

 

Pourquoi ce verdict est-il si important ?

À la suite de cette affaire, la Fédération de Russie a modifié sa réglementation, reconnaissant que l'entraînement isolé constituait une grave infraction à la convention de travail. Les amendements interdisent « la discrimination pendant la période d'entraînement par le biais de longues séances d'entraînement non fondées (non fondées sur la nécessité médicale) « sans ballon » ou en dehors des séances d'entraînement de la première équipe du club, ainsi que l'absence prolongée et non fondée de séances d'entraînement ».

Voulez-vous en savoir plus?

Affaires en justice