See what's happening on Facebook Twitter YouTube Flickr

FIFPro-Worlds-players-union-mobile-logo

Vice-champions du monde des clubs - une première pour une équipe africaine - , deux fois de suite vainqueurs de la Ligue des champions de la CAF, les joueurs du Tout Puissant Mazembe sont devenus les leaders du continent et la fierté de toute la République Démocratique du Congo. Répondant à l’invitation de l’Union des Footballeurs du Congo, Stéphane Burchkalter, le secrétaire général de la Division Afrique de la FIFPro, n’a pas manqué l’occasion de rencontrer, à Lubumbashi, ces footballeurs décidés à s’inscrire dans l’histoire…

 

On pourrait écrire que la Division Afrique de la FIFPro était là en terrain conquis, à la suite du travail effectué, auprès de l’effectif professionnel du TP Mazembe, par l’UFC.

 

Burchkalter: « En nous permettant de prendre la parole devant le groupe, à la veille de la finale de la Supercoupe d’Afrique - finale qui a consacré le TP pour la seconde fois de suite, Ndlr - , Lamine Ndiaye, l’entraîneur du TP, a témoigné d’une belle marque de confiance envers la FIFPro. Ce qui, le connaissant, ne nous a pas étonné.'

 

'Nous avons ainsi pu, poursuit Stéphane Burchkalter, nous adresser directement à des joueurs véritablement à l’écoute, concernés, à l’évidence informés par l’UFC et décidés, c’est du moins le sentiment partagé avec Bate Kamango, le président de l’UFC, à faire-valoir leur position privilégiée pour aider l’ensemble des footballeurs du Congo et, partant, de toute l’Afrique. Des joueurs qui, dans ce sens, soutiennent les travaux de leur syndicat national et ceux de la Division Afrique de la FIFPro.»

 

S’ils sont des exemples sur le terrain, les champions d’Afrique le sont donc également en dehors de l’aire de jeu. Ils savent qu’ils évoluent dans un club structuré, véritablement professionnel, qui œuvre à leur offrir les meilleures conditions de travail possibles, que ce soit lors des séances d’entraînement, que lors des matches - un stade moderne sort actuellement de terre - ou encore des déplacements, parfois longs, et toujours effectués maintenant dans l’avion privé du club.

 

Une situation exceptionnelle pour l’Afrique, qui n’empêche les joueurs du TP de connaître les réalités du quotidien de la majorité des footballeurs qui évoluent sur le continent. Et de vouloir, comme le veut la FIFPro, faire évoluer les conditions de l’ensemble des professionnels africains…