See what's happening on Facebook Twitter YouTube Flickr

FIFPro-Worlds-players-union-mobile-logo

La FIFPro presse instamment le CIO, la FIFA et toutes les autres confédérations du football de veiller à ce que les Droits de l'homme, les droits du travail, l'environnement et les exigences de lutte contre la corruption soient respectés dans le cadre des procédures d'appel d'offres et de sélection du pays d'accueil des Jeux Olympiques, de la Coupe du monde de la FIFA, ou de tout autre événement sportif d'envergure internationale.

La FIFPro est partie prenante d'une initiative commune de certaines des O.N.G. les plus représentatives dans le monde en matière de Droits de l'homme, d'environnement, et de lutte contre la corruption (Human Rights Watch, International Trade Union Confederation, Terre des Hommes et Transparency International Allemagne), et de représentants officiels de supporters (Supporters Direct et Football Supporters Europe).

À partir du dimanche 7 décembre jusqu'au mardi 9 décembre, les membres du CIO se rassemblent à Monaco pour discuter et voter sur des propositions de réforme présentées par M. Bach, le Président du CIO (Recommandations 20+20). La FIFPro et ses alliés internationaux profitent de cette opportunité pour adresser au Président Bach une lettre de recommandations, jugeant en effet que le rassemblement de Monaco est le moment ou jamais de « non seulement réformer le CIO, mais aussi présenter des défis plus larges pour le sport à l'échelle internationale ».

Pour la FIFPro, les Droits de l'homme sont essentiels. En février cette année, la FIFPro a affirmé au cours d'une séance devant le Parlement européen qu'il convenait de tenir compte avec la plus grande rigueur de la question des Droits internationaux de l'homme avant qu'un quelconque pays ne puisse prétendre accueillir la Coupe du monde de la FIFA.

Le Secrétaire général de la FIFPro, Theo Van Seggelen, explique : « Des événements rapportés récemment concernant des violations des Droits de l'homme et du travail en Russie ou au Qatar, forcent la FIFPro – qui prend la parole pour tous les footballeurs professionnels du monde entier – à lutter pour sa responsabilité sociale, dans la mesure où aucun être humain au monde ne devrait souffrir de l'organisation d'événements sportifs d'envergure internationale.

Les Droits de l'homme des personnes engagées dans ces événements sportifs d'envergure internationale doivent être sauvegardés et résolument protégés de tout abus, de toute corruption ou exploitation avant l'attribution d'un tel événement – par exemple les Jeux Olympiques ou la Coupe du monde de la FIFA.

Le prestige et l'importance politique de tels événements sportifs d'envergure internationale doivent être en mesure de motiver un changement s'il s'agit d'une condition préalable non négociable.

Dans la lettre adressée à Bach, toutes les parties déclarent qu'elles sont 'décidées à s'engager et à contribuer à la mise en œuvre des réformes proposées, et à fournir les bases et l'orientation dont le président Bach et ses équipes pourraient avoir besoin pour prendre des décisions fondées, qui seront décisives pour bien des vies humaines dans les pays d'accueil potentiels. Elles espèrent se rencontrer pour évoquer ces intérêts partagés dès le début de l'année 2015' ».

Cliquez ici pour lire la lettre adressée à Thomas Bach, Président du CIO, dans son intégralité