See what's happening on Facebook Twitter YouTube Flickr

FIFPro-Worlds-players-union-mobile-logo

Une semaine après avoir créé la surprise de la saison en Ligue des champions d’Afrique, les joueurs de Caps United se battent pour arriver à se faire payer.

L'équipe des champions du Zimbabwe, qui vient d’éliminer le TP Mazembe cinq fois vainqueur, a refusé de participer à l’entraînement hier (jeudi 23 mars), car le club leur doit un salaire et des primes depuis des mois.

 

Maintenant que le club s’est qualifié pour la phase de groupes de la Ligue des champions et qu’il s’apprête à toucher 550 000 dollars de droits de participation de la part de la CAF, l’instance dirigeante du football africaine, les joueurs comptent bien recevoir leurs arriérés.

« Nous n’avons même pas prévenu le club que nous ne serions pas présents à l’entraînement, car ils savent très bien que nous voulons notre argent », raconte un joueur qui a préféré garder l’anonymat. « Que pouvons-nous faire d’autre ? »

L’année dernière, Caps United a remporté le titre de Premier League, même si les joueurs ont régulièrement boycotté l’entraînement parce qu’on leur devait encore de l’argent.

« Il est temps que le club se conforme à ses obligations », affirme Desmond Maringwa, président du syndicat de joueurs FUZ. « Les joueurs ont fait preuve d’une excellente éthique professionnelle, le club doit maintenant tenir ses engagements. »

En dépit de son absence de l’entraînement, Caps United participera demain à la finale de la manifestation caritative Charities Shield organisée pour sensibiliser le public à l’engagement de l’armée en faveur des plus démunis au Zimbabwe.

Selon le rapport mondial sur l’emploi 2016 de la FIFPro, 37 % des joueurs du Zimbabwe ont du mal à se faire payer. La situation est peut-être même pire, selon Maringwa. « Ce pourrait être 50–50.

Nos clubs font parfois trop de promesses pour pouvoir faire signer un joueur. Ils s’attendent alors à trouver un sponsor plus tard durant la saison, mais si ce n’est pas le cas, c’est le joueur qui en subit les conséquences.

Nos clubs doivent cesser de mentir et raconter exactement à nos joueurs de quels fonds ils disposent réellement.

Il faut que notre football soit honnête. »

Caps United n’a payé dernièrement les arriérés de salaires de ses joueurs qu’après avoir touché la prime de 100 000 dollars en tant que champion de la Premier League la saison dernière.

Pour la saison à venir qui débute dans deux semaines, la fédération de football du Zimbabwe met en place un système de licences pour la ligue. Les clubs ne recevront de licence que s’ils sont en règle avec leurs joueurs.

Maringwa espère que ceci permettra de résoudre le problème des défauts de paiement. « Nos joueurs sont patients et ils attendront toujours un peu, mais en fin de compte, il faudra leur payer ce qui leur a été promis. »