See what's happening on Facebook Twitter YouTube Flickr

FIFPro-Worlds-players-union-mobile-logo

Ce n'est que le début d'une bataille pour l'un des six nouveaux membres de la FIFPro, le syndicat des footballeurs du Zimbabwe (FUZ).

La FIFPro a profité de son assemblée générale en Slovénie pour présenter un nouveau membre : le syndicat des footballeurs du Zimbabwe. Théo Van Seggelen, Secrétaire général de la FIFPro, et David Mayébi, président de la Division Afrique de la FIFPro, ont souhaité sur scène la bienvenue au président et au secrétaire général du FUZ, Desmond Maringwa et Paul Gundani, afin de leur remettre symboliquement le drapeau officiel de la FIFPro.

« Nous sommes très heureux, très enthousiastes de savoir que nous faisons désormais partie de ce mouvement mondial de lutte pour les droits des footballeurs », déclare Maringwa. « C'est une victoire pour les footballeurs zimbabwéens, qui leur permet ainsi de participer entièrement aux questions internationales sur le football, et de bénéficier d'une protection juridique à part entière. C'est une avancée pour notre discipline, et il nous reste un long chemin à parcourir pour améliorer le bien-être et la sécurité de nos joueurs.

Nous voudrions remercier le comité directeur de la FIFPro et le comité de la Division Afrique de la FIFPro pour la confiance qu'ils ont affichée pour le FUZ en tant que syndicat professionnel engagé, toujours fidèle à leurs principes ».

Maringwa rappelle le long chemin parcouru jusqu'à l'adhésion : les débuts du FUZ, ses efforts pour être reconnu par les pouvoirs publics comme l'unique syndicat de footballeurs au Zimbabwe, le développement des relations de travail avec la fédération de football, les ligues et les clubs.

Et Maringwa d'ajouter : « Nous avons réussi à mettre en place des programmes de responsabilité sociale avec nos membres. Notre syndicat met actuellement au point un système de retraite et d'assurance pour les joueurs, que nous espérons pouvoir mettre en œuvre au cours de la saison 2014. Notre capacité d'organisation a également pu être améliorée grâce à une participation à différents forums de direction et administratifs tenus dans le monde entier.

Parmi toutes ces réussites, il y en a une qui compte véritablement, c'est la confiance dont les footballeurs témoignent pour ce syndicat. C'est leur engagement dans les activités du FUZ qui a renforcé et consolidé l'organisation. L'adhésion des footballeurs a fait du syndicat ce qu'il est aujourd'hui, car sans joueurs, il n'aurait même pas existé. Les joueurs eux-mêmes nous ont incité, en tant que syndicat, à agir de façon à mettre en place les bases pour les générations à venir ».

Le FUZ doit s'attaquer prioritairement à deux problèmes :

  1. Le problème de la rémunération, le FUZ lutte en effet pour la mise en place d'un salaire minimum pour les footballeurs, dans la mesure où 75 % d'entre eux vivent bien en dessous du seuil de pauvreté.
  2. L'Asiagate, le scandale des matchs truqués, où des joueurs ont été interdits de matchs sans autre procès, suivi par les autorités. Des joueurs ont passé plus d'un an sans pouvoir jouer, et cette affaire attend toujours un jugement de la FIFA. Nous demandons à la FIFA de tenir compte du bien-être des joueurs et de leurs familles.

Notre principal objectif est de finaliser la convention collective de la fédération du football, qui permettra de couvrir la plupart des défis que les joueurs doivent relever.

Nous continuerons à œuvrer pour le bien des joueurs et pour la réputation de la FIFPro. Nous nous battrons sans relâche pour offrir, promouvoir, encourager et préserver le bien-être et les conditions de travail des footballeurs ».