See what's happening on Facebook Twitter YouTube Flickr

FIFPro-Worlds-players-union-mobile-logo

L'un des syndicats de joueurs les plus récents en Afrique, le FUB (Footballers Union Botswana) s'est résolument engagé à aider les footballeurs victimes de la mauvaise gestion du Notwane FC, actuellement 15e en Première ligue dans le pays.

La vie n'est pas simple lorsqu'on est un footballeur professionnel au Botswana. « Six équipes seulement sur seize en première ligue paient régulièrement leurs joueurs » affirme Kgosana Masaseng, responsable de communication du FUB. « Les dix autres équipes versent chacune un demi-salaire ou paient les joueurs au bout de deux mois, dans la mesure où les recettes de la billetterie constituent leur unique source de revenus. Les joueurs de ces équipes ont plus ou moins accepté cette situation, parce qu'ils veulent continuer à jouer au football, et espèrent par ailleurs impressionner les clubs plus fortunés. »

Le FUB représente actuellement les joueurs du Notwane FC, l'un de ces clubs qui ne semblent guère attacher d'importance à la rémunération de leurs footballeurs. L'été dernier par exemple, le club a signé pour engager quatre joueurs étrangers : les anciens joueurs internationaux sud-africains Benedict Vilakazi (31 sélections), Manqoba Ngwenya (1 sélection), le vétéran zimbabwéen Thulani Moyo ainsi qu'une jeune recrue, Raphael Kutinyu. Ces quatre joueurs ont été séduits par les projets ambitieux du détenteur du club, Gift Mogapi. Ils devaient même toucher les plus gros salaires au Botswana.

Malheureusement, ni le propriétaire ni le club lui-même n'ont respecté ces engagements. Aucun de ces quatre joueurs n'a touché le moindre salaire depuis la signature de leur contrat en juillet et en août. Pire encore : ils ont été expulsés de leur logement, car le club a refusé de prendre en charge le loyer. Le FUB a aidé les quatre joueurs à trouver un hébergement temporaire, en attendant un jugement.

Il y a deux semaines, le FUB a réussi à aider Vilakazi, Ngwenya et Moyo à résilier leur contrat pour juste cause. Les joueurs sud-africains ont signé avec d'autres équipes au Botswana, Moyo est retourné au Zimbabwe. Kutinyu attend toujours que son cas soit réglé, ce devrait être chose faite avant la fin du mois. Le FUB s'attend à ce que la Commission du statut du joueur au Botswana résilie le contrat de Kutinyu également.

Pour l'instant toutefois, aucun des quatre joueurs n'a reçu la moindre indemnisation du Notwane FC. Le FUB et ses avocats ont réclamé ces salaires en justice.

Les joueurs étrangers ne sont pas les seuls à ne pas avoir touché de salaire, des joueurs locaux comme Notwane n'ont plus été payés depuis des mois non plus. Mogapi, le détenteur du club, a promis d'évoquer ces problèmes avec les joueurs et avec le FUB à l'occasion d'une réunion le week-end dernier. Encore une fausse promesse... « À l'occasion de la réunion avec la direction de l'équipe, nous avons appris que le propriétaire était retourné en Afrique du Sud sans s'adresser ni aux joueurs, ni aux cadres de l'équipe. Rien n'a été réglé », raconte Masaseng. Une nouvelle réunion entre les joueurs et les cadres de l'équipe a été prévue jeudi.

La situation du Notwane FC n'a rien exceptionnel, explique Masaseng : « Si nous devions résilier les contrats pour défaut de paiement, toutes les équipes se retrouveraient sans joueurs... »

« La plupart des équipes représentent toujours des communautés dont les recettes proviennent de la billetterie. C'est la réalité. Nous travaillons sans relâche avec les clubs pour essayer d'améliorer la situation de façon plus durable. Nous essayons de faire en sorte qu'ils soient au moins en mesure de payer un salaire minimum ».

 

Benedict Vilakazi a annoncé à la Gazette Sport qu'il était ravi des résultats de l'affaire.

« Je suis très heureux que cette affaire ait finalement pu être résolue. Nous n'avons pas arrêté ces dernières semaines. Le FUB nous a beaucoup aidés ; leur assistance na été très précieuse. Ils ont fait un excellent travail, sans eux, nous aurions eu de gros problèmes. Ils sont toujours très efficaces en coulisses, et méritent toute notre confiance pour leur aide », a souligné Orlando Pirates, un ancien joueur.