See what's happening on Facebook Twitter YouTube Flickr

FIFPro-Worlds-players-union-mobile-logo

Abdeslam Ouaddou a exprimé sa gratitude à la FIFPro pour être intervenu de façon décisive, son litige contractuel de longue date avec le Qatar SC ayant finalement été résolu aujourd'hui.

Dès la confirmation du virement de la somme qui lui était due sur son compte bancaire, l'ancien joueur international marocain a déclaré : « Je n'oublierai jamais l'aide reçue de la FIFPro, notamment à l'occasion de ces derniers moments qui ont été cruciaux ».

Quatre mois après avoir obtenu gain de cause dans l'affaire présentée devant la Chambre de résolution des litiges (CRL) de la FIFA, Ouaddou attendait
toujours son règlement. C'est alors qu'il a fait appel à l'intervention de la FIFPro.

Plus tôt cette année, la CRL de la FIFA s'était prononcée en faveur d'Ouaddou concernant une réclamation de 12 mois portant sur des salaires
impayés, et d'autres droits contractuels. Il a bien fallu 16 mois pour obtenir une décision dans cette affaire, dont le club Qatar SC n'a pas fait appel.

Ouaddou avait initialement demandé un visa de sortie pour pouvoir quitter le Qatar, qui lui avait été refusé tant qu'il n'aurait pas renoncé à son action
devant la CRL. Finalement, les pressions devenant plus fortes, et dans la mesure où il était clair que le footballeur ferait tout pour que son contrat soit honoré, Ouaddou a pu quitter ce pays du Golfe en novembre 2012.

Il a vécu la même épreuve que celles d'autres travailleurs et footballeurs, comme Zahir Belounis, piégés au Qatar par les contraintes du système de
parrainage de la kafala.

Lorsqu'il a contacté la FIFPro le mois dernier, la patience d'Ouaddou était à bout. Il fait état de la difficulté à faire valoir ses droits dans un climat
politique tendu pour le Qatar, un pays qui accueillera la Coupe du Monde en 2022.

« Sans la FIFPro, si j'avais dû me débrouiller tout seul, cela aurait pu mal finir.

Ce sont des gens très puissants, au Qatar. Peu importe ce que disent les autres. Ils se fichent des règles. Si la FIFPro ne m'avait pas aidé, je serais toujours en train d'attendre que mon contrat soit respecté ».

Ouaddou, qui a dénoncé dans les médias les abus au Qatar en matière de droits de l'homme, affirme que les joueurs doivent s'unir derrière la FIFPro
pour défendre la cause de leurs collègues professionnels dans le monde entier.

« Ces dix derniers mois, les joueurs ont pu lire et voir ce qui se passe au Qatar. Nous avons une voix à faire entendre. C'est très important, car nous sommes les premiers les acteurs sur le terrain. Notre voix doit être respectée.

Je dois encourager tous les joueurs à rejoindre leur syndicat et à soutenir la FIFPro. Qui sait ce qui peut vous arriver au cours de votre carrière ? Imaginez que vous vous trouviez dans une situation aussi terrible que la mienne, vous auriez peut-être besoin d'aide.

Je tiens à remercier la FIFPro pour le temps qu'elle m'a consacré, ainsi qu'à Zahir Belounis. C'est une action majeure, et je suis heureux de voir
que la FIFPro soutient toujours les joueurs ».