See what's happening on Facebook Twitter YouTube Flickr

FIFPro-Worlds-players-union-mobile-logo

La FIFPro a reçu le soutien à l'unanimité de ses membres européens en faveur de tous les moyens nécessaires en justice pour tenter de rétablir les droits fondamentaux des joueurs, entravés par un système de transfert essentiellement défaillant.

Le syndicat mondial des joueurs pense n'avoir d'autre initiative, après que les représentants des syndicats de joueurs aient réagi avec stupéfaction à l'occasion de la réunion de cette semaine de la Division Europe de la FIFPro aux propositions d'amendement du règlement de transfert de la FIFA présentées par l'ECA (l'Association européenne des clubs) et l'EPFL (l'Association européenne des ligues de football professionnel).

Les négociations de réforme du système de transfert se sont retrouvées dans l'impasse vendredi dernier (23 janvier), lorsque les représentants des clubs et des ligues ont rejeté les demandes raisonnables de la FIFPro de protéger les joueurs victimes de retards de paiement, ou qui voient leur contrat résilié sans juste cause.

Le Président de la Division Europe de la FIFPro, Bobby Barnes déclare : « Le droit fondamental des joueurs à recevoir leur salaire conformément aux conditions fixées dans leur contrat n'est pas négociable.

Nous avons entamé ces négociations en toute bonne foi, et nous nous sommes toujours engagés à trouver une solution négociée, mais ceci n'était pas réciproque, hélas.

La proposition avancée par les employeurs est tellement déséquilibrée qu'il faut conclure qu'ils s'y opposent.

Si nous nous sommes réunis, c'est que notre patience est arrivée à bout, et qu'en l'absence de solutions, les membres européens sont unis et convaincus qu'une action en justice semble désormais inévitable », conclut Barnes.

29 syndicats de joueurs se sont réunis à Athènes pour que la Division Europe de la FIFPro vote à l'unanimité la suspension de toutes les négociations, jusqu'à ce que les principes essentiels de protection des droits des joueurs en vertu de leur contrat aient été dûment acceptés par les employeurs.

Le Secrétaire général de la FIFPro, Theo Van Seggelen affirme : « Les propositions des clubs et des ligues déséquilibreraient davantage encore les relations existantes entre les joueurs et leurs employeurs.

L'ECA et l'EPFL font preuve d'un comportement irresponsable en essayant de profiter d'une situation déjà en leur faveur à l'extrême.

Puisque nous n'avons pas pu trouver de solution équitable, malgré l'attitude raisonnable dont la FIFPro a fait preuve durant tout ce processus, nous laisserons la justice en décider ».

Les négociations ont été suspendues sine die. La FIFPro a cherché à remédier à l'un des problèmes les plus importants du football professionnel, le manque de respect des clubs de leurs obligations contractuelles vis-à-vis des joueurs.

La FIFPro a soumis quatre propositions clés (énumérées ci-dessous) en vue de garantir la stabilité contractuelle, que l'ECA et l'EPFL ont ignorées lors des derniers débats vendredi dernier au siège de la FIFA à Zurich.

1. Qu'un joueur qui n'a pas été payé depuis plus de 30 jours puisse choisir de résilier son contrat moyennant un préavis écrit d'au moins 10 jours afin que le club puisse lui régler son dû
2. Qu'en cas de résiliation d'un contrat d'un joueur par un club sans juste cause, ou par le joueur pour défaut de paiement, le joueur ait droit à une indemnisation financière, soit le règlement du contrat par le club
3. Qu'un tel joueur soit en mesure de trouver du travail sans restrictions, y compris en dehors de toute fenêtre de transfert
4. Les réformes s'appliquent à l'échelle internationale et nationale.

L'Assemblée générale de la Division Europe de la FIFPro, après avoir examiné cette question sous toutes ses facettes durant les deux derniers jours à Athènes, a approuvé le recours à toutes les actions en justice disponibles, y compris une plainte devant la Commission Européenne.