See what's happening on Facebook Twitter YouTube Flickr

FIFPro-Worlds-players-union-mobile-logo

Yaya Touré, victime d'injures racistes il y a tout juste un an en Russie et, depuis ses dernières déclarations, via Twitter, possède-t-il le don de prémonition, même s'il n'entre pas dans la catégorie des joueurs africains « typiques », chers à Willy Sagnol (photo), l'entraîneur des Girondins de Bordeaux, puisqu'il ne nous souvient pas que Manchester City l'ait « pris » au Barça pour une bouchée de pain ?

En déclarant, il y a quelques jours, que le joueur africain devait être reconnu pour ce qu'il est, c'est-à-dire à l'égal des autres footballeurs professionnels toutes origines confondues, en appelant au plus simple des respects, le très technique milieu de terrain du dernier champion d'Angleterre avait donc répondu par anticipation au dérapage non-contrôlé de l'ancien sélectionneur de l'équipe de France espoirs. Un Sagnol, qui fut un grand joueur, et partagea le quotidien d'un grand nombre de footballeurs africains de talent, qui ont ou vont certainement le rappeler à l'ordre, car ils voudront sauver Willy, leur... ami.

Au-delà, les déclarations de celui qui fut, au sein de la FFF, responsable des équipes de France, renvoient à un racisme malheureusement ordinaire...

Bien sûr, aujourd'hui, Sagnol regrette ; bien sûr, il n'est pas raciste ; bien sûr, il s'excuse... Comme tant d'autres l'ont fait avant lui, une fois mesurée l'étendue des dégâts. Car Willy Sagnol s'est juste « trompé de colère » et d'adversaires, comme tant d'autres avant lui, aussi...

La Division Afrique de la FIFPro condamne, une fois encore, toutes les formes de racisme et de xénophobie.

Une fois encore - une dernière fois ?-, elle demande aux instances la plus grande fermeté envers ceux dont les dérapages, inadmissibles, ternissent chaque fois un peu plus l'image du football et des footballeurs.