See what's happening on Facebook Twitter YouTube Flickr

FIFPro-Worlds-players-union-mobile-logo

Généraliser le dialogue social, entre les footballeurs salariés et les clubs employeurs, telle est l'une des volontés clairement affichée par la FIFPro, ces dernières années. L'Europe a longtemps mené seule la barque, mais l'Afrique, aujourd'hui, marque des points...

C'était vrai en Afrique du Sud – avec la signature d'une convention collective -, c'est vrai également au Cameroun, au Ghana, en Côte d'Ivoire où les représentants des joueurs siègent dans différentes commissions : statut du joueur, juridique, etc.

Ces quatre pays leaders viennent d'être rejoint par la RD Congo, où la fédération, dirigée par Constant Omari, a décidé d'ouvrir ses portes à l'Union des Footballeurs du Congo. Il y a quelques jours à peine, l'UFC a reçu de la Fédération, la Fécofa, la confirmation de sa présence dans les commissions suivantes : statut du joueur, commission technique et développement, football des jeunes.

Une avancée sans précédent, preuve que le dialogue et la concertation finissent toujours pas payer. A tel point d'ailleurs que les représentants des joueurs sont même majoritaires au sein de la Commission du statut du joueur : »

Ces progrès n'ont évidemment pas échappé à Stéphane Burchkalter, le secrétaire général de la Division Afrique de la FIFPro : « Les avancées constatées dernièrement en RD Congo participent à un mouvement général, initié par l'accord que nous avons signé, il y a tout juste trois ans maintenant, avec la CAF. Un grand nombre de fédérations ont pris conscience de notre existence, dans un premier temps, puis de la capacité des associations et syndicats nationaux à travailler, à être force de proposition, à vouloir mettre en place un dialogue constructif avec les différentes instances. Ce sont leurs compétences qui sont ainsi récompensées, comme elles viennent de l'être par la Fédération congolaise. »

« Mais il ne faut pas croire pour autant que nous avons touché au but, même s'il y a plusieurs années déjà que, dans chacun de nos pays membres, on travaille à cette reconnaissance. Nous ne sommes qu'au début de l'aventure, d'autres étapes suivront puisque cela s'inscrit dans le sens de l'histoire. »

Légende photo: le bureau directeur de l'UFC (Domo Landu, Bate Kamango y Jean-Claude Mukanya), Stéphane Burchkalter, et Constant Omari, le président de la Fédération congolaise...