See what's happening on Facebook Twitter YouTube Flickr

FIFPro-Worlds-players-union-mobile-logo

Petr Cech et Álvaro Pereira aident la FIFPro à informer leurs collègues du monde du football professionnel sur ce qu'il faut faire en cas de suspicion de commotion cérébrale chez un coéquipier ou un adversaire.

Le gardien d'Arsenal Cech et le défenseur uruguayen Pereira sont les ambassadeurs de la vidéo de campagne de la FIFPro qui sera montrée dans les vestiaires de joueurs dans le monde entier.

« Si une commotion cérébrale n'est pas traitée correctement, vous pourriez subir des effets à long terme comme une dépression, de la fatigue ou des maux de tête, » explique Cech dans la vidéo. « Ou pire, jouer avec une commotion cérébrale pourrait même être mortel. ».

Cech a subi plusieurs commotions cérébrales et porte un casque de protection sur le terrain après avoir subi une fracture de la boîte crânienne en 2006.
Pereira a temporairement perdu connaissance pendant la Coupe du monde de la FIFA 2014 à la suite d'une collision avec l'anglais Raheem Sterling. Il a ensuite insisté pour retourner sur le terrain et a eu une conversation avec le docteur de l'équipe sur le bord du terrain.

Pereira sait maintenant qu'il est absolument essentiel de quitter le terrain dans une telle situation.

« Nous n'avons qu'un seul cerveau, et nous en avons besoin pour toute la vie, dans tout ce que nous faisons, » explique Pereira, qui a joué pour le FC Porto et l'Inter, et qui se trouve actuellement au Cerro Porteno au Paraguay.

Cech a vu des joueurs demander à rester sur le terrain alors qu'ils montraient des signes de commotion cérébrale. « J'ai entendu des joueurs qui parlaient d'un match totalement différent quand on leur demandait le score. C'est évidemment le signe que quelque chose ne va pas. »

« Décelez les signes, signalez-les, faites sortir le joueur » est le message clé de la campagne que la FIFPro a présente à 70 syndicats de joueurs lors de son assemblée générale à Rome hier.

« L'objectif principal est que les joueurs présentant des signes de commotions cérébrales soient sortis du terrain au cours d'un match ou d'un entraînement afin de protéger leur santé, » a expliqué le Dr Vincent Gouttebarge, médecin en chef de la FIFPro.

La FIFPRo a développé une boîte à outils pédagogique après avoir consulté les joueurs, les syndicats et les experts en matière de commotions cérébrales. Les experts, incluant des spécialistes du monde médical provenant d'autres sports, ont unanimement recommandé de se concentrer sur les trois points suivants :
Déceler une possible commotion cérébrale chez un coéquipier ou un adversaire ;
Signaler une commotion cérébrale présumée à l'encadrement ou au staff médical ;
Faire sortir du terrain n'importe quel joueur suspecté d'avoir une commotion cérébrale.

La boîte à outils inclut une vidéo animée présentée par Cech et Pereira, une interview de Cech et un dépliant avec des informations complémentaires sur les commotions cérébrales.